Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Il y a 16 jours
Combien de temps peut-on porter un masque chirurgical ?
Au maximum 4 heures d’affilée.
 
Le port d’un masque chirurgical (les masques plissés à usage unique) est limité dans le temps parce que l’humidité de la respiration s’y accumule et nuit à ses capacités de filtration.
Les recommandations sont unanimes : il ne doit pas être porté plus de 4 heures d’affilée.
 
Sources
Les informations du gouvernement sur les masques grand public, 27 avril 2020
Il y a 17 jours
Devons-nous nous faire vacciner contre la Covid-19 ?
Malheureusement, le vaccin n’existe pas encore.
 
Il n’existe pas de vaccin contre la Covid-19. Il existe des pistes de recherche, mais il y a peu de chances qu’elles aboutissent dans les prochains mois, voire les prochaines années.
Mais le jour où un vaccin efficace et sûr sera disponible, et si la Covid-19 est toujours parmi nous à ce moment-là, il sera indispensable de se faire vacciner.
En attendant, il est essentiel de respecter les gestes barrières et de porter un masque dans les lieux publics, en particulier fermés (transports en commun, supermarchés, centres commerciaux, etc.).
 
Sources
Un article sur les enjeux de la recherche vaccinale contre la Covid-19, 14 avril 2020
Il y a 17 jours
Comment randonner en groupe pendant le déconfinement ?
En respectant les recommandations de la FFRandonnée
 
Pendant cette période de déconfinement progressif, randonner en groupe exige des adaptations.
Tout d’abord, les rassemblements de plus de 10 personnes dans les lieux publics étant interdits, le groupe doit rester en-dessous de ce nombre. De plus, la randonnée doit être faite à moins de 100 km du domicile des randonneurs.
Ensuite, les distances minimales entre randonneurs doivent être respectées à tout moment. Parce que la randonnée est un sport, et que les sports augmentent le débit respiratoire et la pression de l’air expulsé (en particulier en montée), la distance minimale habituelle de 1 mètre entre deux personnes est insuffisante. Selon la Fédération française de randonnée, « des marcheurs évoluant à la vitesse classique de 4 km/h veilleront à garder un espacement d’au moins 2 mètres, alors que des marcheurs à 6 km/h s’espaceront d’au moins 5 mètres, en gardant au moins 1,5 m de distance sur les côtés. » Tout dépend aussi de la présence ou non de vent (qui chasse les particules de sécrétion respiratoires).
Le port du masque est conseillé avant et après la randonnée et pendant si les consignes de distanciation physique ne peuvent pas être respectées.
Globalement, le risque de contamination en extérieur, avec respect des distances, est minime. Mais attention aux autres sources possibles de contamination, en particulier les pauses « petit creux » et les pique-niques. De nombreuses simulations ont montré que partager un buffet ou un pique-nique, c’est aussi partager ses germes ! Donc mieux vaut prévoir un pique-nique non partagé (ainsi que des bouteilles d’eau personnelles !).
Ci-dessous, le lien vers les conseils, très complets, de la Fédération française de randonnée.
 
Sources
« La FFRandonnée précise les conditions de la reprise des randonnées pédestres », 8 mai 2020
Le guide de recommandations du Ministère des Sports pour toutes les pratiques sportives, 15 mai 2020
Il y a 17 jours
Un pharmacien peut-il refuser de vendre des masques FFP2 à une personne vulnérable ?
Oui, car ils sont réservés au personnel soignant.
 
L’arrêté du 25 avril 2020 donne les conditions de vente, par les pharmacies, des masques grand public. Cet arrêté précise que les pharmaciens sont autorisés à vendre les masques « non sanitaires ».
Les masques non sanitaires mentionnés dans l'arrêté du 25 avril 2020 sont des masques barrière en tissu, répondant à la norme AFNOR SPEC S76-0001.
Ils sont répartis en 2 catégories :
  • les masques de catégorie 1 : ils ont un pouvoir filtrant supérieur à 90 % vis-à-vis des particules de 3 µm. Cette catégorie est préconisée pour un usage professionnel (hors métiers de la santé) chez des personnes en contact avec le public ;
  • les masques de catégorie 2 : leur pouvoir filtrant est plus limité, supérieur à 70 % vis-à-vis des particules de 3 µm. Ces masques sont préconisés en cas de contacts occasionnels avec d'autres personnes (masques de protection à visée collective).
Cet arrêté ne modifie pas les conditions de vente des masques chirurgicaux et FFP2 qui sont toujours réservés aux professionnels de santé.
Si vous souffrez d’une maladie qui vous place dans la catégorie des personnes « à très haut risque médical », votre médecin peut vous prescrire des masques chirurgicaux qui seront délivrés gratuitement en pharmacie à hauteur de 40 masques par mois, sur présentation de l’ordonnance et de votre carte Vitale. Les masques FFP2 restent dans tous les cas réservés aux personnels soignants.
 
Sources
L’arrêté du 25 avril 2020
« Covid-19 : point sur la distribution des masques du stock d’Etat dans le cadre du déconfinement », Assurance maladie, 14 mai 2020
« COVID-19 et mesures barrières : les pharmaciens autorisés à vendre des masques non sanitaires au grand public », VIDAL News, 27 avril 2020
Il y a 21 jours
La grippe saisonnière circule-t-elle encore début mai 2020 ?
Probablement pas, mais la Covid-19 empêche d’en être certain.
 
La réponse à cette question est difficile à donner de manière certaine, du fait de la circulation du coronavirus responsable de la Covid-19, et de la similarité des symptômes entre cette infection respiratoire et la grippe saisonnière.
Ce qu’on peut dire de manière certaine, c’est que le nombre de syndromes grippaux, toutes causes confondues, est en forte diminution du fait du confinement. Selon le réseau Sentinelles, la semaine du 27 avril au 3 mai 2020, les personnes ayant consulté un médecin généraliste (ou un pédiatre) pour un syndrome grippal représentaient 0,2 % des patients vus par ces médecins.
Parmi les patients qui ont vu leur médecin traitant pour une insuffisance respiratoire aiguë et qui ont eu un prélèvement à la recherche d’un virus (grippe ou coronavirus), aucun ne s’est révélé positif pour le virus de la grippe saisonnière.
Le dispositif GrippeNet, qui recense les cas de grippe saisonnière, cesse traditionnellement son activité début mars (date où la grippe n’est habituellement plus épidémique en France). Cette année, il a continué à être actif pour suivre la pandémie de Covid-19 (et s’est rebaptisé Covid19Net). De ce fait, les cas de grippe ne sont plus suivis.
Concrètement, depuis début avril, les médecins considèrent que le virus de la grippe saisonnière n’est plus en circulation en France de manière significative et chaque syndrome grippal est suspecté d’être un cas de Covid-19.
 
Sources
Le bulletin du Réseau Sentinelles pour la semaine du 24 avril au 3 mai 2020