Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 12/02/2020
Le café en capsules est-il meilleur pour la santé que le café en grain ? Et pour la planète ?
Aucune étude ne compare les effets des deux types de café sur la santé.
 
Il n’existe aucune étude qui compare les effets sur la santé du café en capsules par rapport au café en grains. De plus, il faudrait savoir ce qu’on entend par « café en grains » : filtre, cafetière italienne, cafetière à piston, cafetière expresso traditionnelle (comme dans les cafés) ? Par exemple, selon le mode de préparation, les concentrations moyennes en caféine varient :
  • Café filtre (une tasse de 125 ml) ?: 95 mg
  • Café à l'italienne (125 ml) ?: 62 mg
  • Café expresso (une petite tasse) ?: 55 mg
  • Café instantané (125 ml) ?: 45 mg
L’origine du café influence également sa concentration en caféine et en polyphénols (les substances anti-oxydantes du café qui participent à son effet sur la santé).
En ce qui concerne l’impact sur la planète, cela varie en partie selon le matériau utilisé (désormais, il existe des capsules biodégradables). Néanmoins, le transport des capsules consomme forcément plus d’énergie fossile que celui du café en vrac (poids des emballages).
Enfin, l’impact le plus élevé des capsules de café est… sur votre porte-monnaie. Le prix au kilo du café en capsules est considérablement plus élevé que celui du café en vrac. Pour contourner ce problème, il existe désormais des capsules à remplir soi-même avec son café en vrac préféré (on peut les réutiliser un grand nombre de fois).
 
Sources
« Trop de café, est-ce mauvais pour la santé ? », Axa Prévention, 2019
 
Le 05/12/2019
Boire du café protège-t-il contre le cancer du foie ?
De nombreuses études semblent indiquer un effet protecteur.
 
Depuis une vingtaine d’années, des études, plus ou moins convaincantes, pointent vers un effet protecteur de la consommation de café contre le cancer du foie. En 2017, une analyse croisée de l’ensemble des articles publiés sur le sujet (méta-analyse) a confirmé cet effet protecteur. Globalement, selon les 13 études analysées, chaque tasse consommée par jour réduirait, en moyenne, de 15 % le risque de développer un cancer du foie (mais pas celui des voies biliaires, ni les autres cancers digestifs).
Cet effet protecteur a été observé chez les personnes qui ont un risque plus élevé de cancer du foie (par exemple les personnes qui souffrent d’hépatites virales B ou C chroniques, les personnes alcoolodépendantes ou les fumeurs), mais également chez les personnes qui n’ont aucun facteur de risque identifié pour cette maladie. Aucune différence d’effet n’a été identifiée selon le mode de préparation du café (espresso, filtre, etc.).
De plus, en 2019, des chercheurs britanniques ont suivi 472 000 personnes pendant 7,5 ans en moyenne (cohorte UK Biobank) et ont analysé le risque de cancer du foie selon la consommation quotidienne de café. Le risque de cancer du foie était réduit de moitié chez les buveurs de café, qu’il soit issu de café moulu ou de café instantané.
Les mécanismes de cet effet protecteur ne sont pas encore élucidés. Des chercheurs ont montré que certaines substances contenues dans le café (acide chlorogénique, caféstol, kahwéol, trigonelline et caféine, par exemple) semblent réduire le dépôt de matières grasses et de tissu fibreux dans le foie et pourraient également faciliter la détoxification de certaines substances cancérigènes par le foie. Ces substances du café pourraient également interférer avec les mécanismes d’apparition des cellules cancéreuses dans le foie. Mais, à ce jour, ce ne sont que des hypothèses.
 
Sources
La méta-analyse des études sur le sujet, 2017
L’étude britannique sur la cohorte UK Biobank, 2019
Une synthèse sur les hypothèses concernant les mécanismes de cet effet protecteur, 2019
Le 14/10/2019
Le café, le thé et le chocolat provoquent-ils des calculs rénaux ?  
Le chocolat, le cacao et, dans une moindre mesure, le thé noir et le café soluble.
Les calculs rénaux peuvent être de diverses natures, selon les minéraux qui les constituent. Les recommandations nutritionnelles relatives au chocolat, au thé et au café concernent les calculs rénaux constitués d’oxalate de calcium (75 % des calculs rénaux observés de nos jours). Dans ce cas, mieux vaut réduire sa consommation d’aliments riches en oxalates.
 
Le chocolat et le cacao sont très riches en oxalates, ils doivent donc être consommés avec modération. Le thé noir en contient aussi mais dans une moindre mesure, et il apporte de l’eau, nécessaire pour éliminer les oxalates. On peut en boire sans excès, en évitant de le faire trop infuser ou en préférant le thé vert.
Concernant le café, il semble que ce soit essentiellement le café instantané qui soit riche en oxalates. Les oxalates se trouvent aussi dans les asperges, la rhubarbe, le cresson, l’oseille, les épinards, les figues, les betteraves, etc.
 
Rappelons les autres conseils alimentaires en cas de calculs oxalocalciques :
  • Buvez au moins deux litres d'eau par jour. Lorsqu’il fait chaud, ou lors d’activité sportive, il est nécessaire de boire davantage, au moins trois litres dans la journée. Évitez les eaux minérales trop riches en sels minéraux (en particulier en calcium comme Contrex, Hépar ou Vittel). Les eaux minérales riches en bicarbonates (Vichy Célestins, Vichy Saint-Yorre, par exemple) sont à privilégier.
  • Réduisez votre consommation de protéines (viandes et produits laitiers). La consommation quotidienne de protéines ne devrait pas dépasser un gramme de protéines par jour et par kilo de poids (par exemple, 70 g par jour pour un homme de 70 kg).
  • Réduisez votre consommation de sel. Les personnes qui souffrent de calculs oxalocalciques devraient essayer de consommer moins de cinq grammes de sel de cuisine par jour.
  • Enrichissez votre alimentation en fruits et légumes de toutes sortes, en particulier ceux riches en potassium qui favorise l’élimination du calcium : banane, pommes de terre, fèves, par exemple.
 
Sources
« Calculs urinaires : la solution est dans l’assiette ! », Association française d’urologie, 2015
http://www.urologie-sante.fr/fileadmin/medias/afu/communiques/2015-12-07_calculs-urinaires.pdf
 
Le 14/10/2019
Trop de café : est-ce mauvais pour la santé ?
Oui !
La caféine est sans nul doute la substance stimulante la plus consommée dans le monde et ce depuis des millénaires. Aujourd'hui, nombre d'entre nous en consomme une grande quantité chaque jour : café, thé, chocolat, colas, etc. L'excès de caféine provoque de nombreux effets indésirables : nervosité, agitation, anxiété, insomnie, irritation de l'estomac, diarrhée, etc. L'usage régulier de fortes doses de caféine entraîne un phénomène de dépendance dont le sevrage entraîne maux de tête, somnolence, nervosité, anxiété et irritabilité. Les personnes souffrant de troubles cardiaques, d'insomnie, de troubles anxieux, d'hypertension artérielle, de problèmes d'estomac ou de rein, ou encore d'ostéoporose doivent limiter leur consommation de caféine. Cette substance peut interagir avec de nombreux médicaments : certains antibiotiques (ciprofloxacine, énoxacine, norfloxacine), la mexilétine et le stiripentol. Idem pour les femmes enceintes et les personnes diabétiques.
Voir la réponse complète
Le 25/06/2019
Faut-il sucrer son café aux édulcorants ?
Mieux vaut apprendre à le boire non sucré.
Les édulcorants sont des additifs alimentaires qui servent à donner un goût sucré aux aliments. On distingue les succédanés du sucre (les polyols) et les édulcorants intenses (saccharine, aspartame, acésulfame de potassium, cyclamates et stevia). Bénéfiques ou inappropriés ? La question se pose.
On soupçonne les aliments artificiellement sucrés avec des édulcorants de provoquer une envie accrue de sucres (le corps cherchant à obtenir les sucres que le goût sucré lui a fait espérer). Mais cette notion n’a jamais été vérifiée. Les édulcorants maintiennent néanmoins l’habitude de consommer des aliments sucrés.
Plutôt que d’y avoir recours pour chercher à perdre du poids, il est préférable d’apprendre petit à petit à manger moins sucré. Le goût se modifie et les aliments très sucrés semblent vite écœurants.
Pour le café, la différence en terme de calories est minime : 24 calories pour un sucre N°4 (les gros) et 16 calories pour un sucre N°6 (les petits). Sauf, bien sûr, si vous en mettez 3 dans un café et buvez 5 cafés par jour (15 sucres N°6 font 360 calories !).
Par ailleurs, attention aux produits dits « allégés en sucre » (crèmes desserts, biscuits, parmi d’autres), on peut être tenté d’en consommer davantage. Or, si ces produits sont pauvres en sucre, ils sont toujours aussi riches en autres types de nutriments et en particulier en matières grasses. Il arrive même qu’un produit allégé en sucre soit plus calorique que son équivalent non allégé !
 
Sources 
« Faut-il privilégier les produits sucrés avec des édulcorants ? », Programme national nutrition santé.
« Les édulcorants intenses », ANSES, 2018