Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 16/12/2019
Comment traite-t-on les acouphènes ?
Il existe une variété de techniques qui peuvent améliorer la qualité de vie.
 
Dans certains cas, la cause des acouphènes (bourdonnements d’oreille) est connue (otite, bouchon, médicament, etc.). Dans ce cas, leur traitement est celui de la cause. Si la cause des acouphènes n’est pas identifiée et qu’ils nuisent à la qualité de vie, le médecin peut proposer divers traitements de soutien.
La thérapie sonore (ou masquage) s’appuie sur le principe de distraction. Le patient porte, quelques heures par jour et pendant plus d’une année, un appareil ressemblant à une prothèse auditive. Cet appareil produit un son « blanc » (son modéré et permanent qui ressemble au bruit d’une radio mal réglée) de façon à masquer les acouphènes. Parfois, une prothèse auditive est essayée car l’amélioration des capacités auditives peut permettre de couvrir les acouphènes.
Le traitement d’habituation aux acouphènes (« tinnitus retraining therapy ») repose sur une exposition répétée à un bruit blanc accompagnée de coaching avec des thérapeutes pour apprendre à mieux vivre avec les acouphènes.
Dans certains cas, le médecin prescrit une thérapie cognitivo-comportementale. Des stratégies sont mises en place pour faire face à la survenue de acouphènes : relaxation, visualisation, par exemple. Ces techniques améliorent le ressenti du patient.
Des traitements non conventionnels (et dont l’efficacité n’a pas été formellement prouvée), telles que l’hypnose, la sophrologie ou l’acupuncture peuvent apporter une aide aux personnes qui souffrent d’acouphènes. L’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing) est une thérapie qui utilise les mouvements des yeux pour la désensibilisation et la reprogrammation, notamment dans le cadre d’un stress post-traumatique. Cette technique s’appliquerait également à certains acouphènes (psychosomatique ou d’origine traumatique).
La prescription de médicaments est rare car les médicaments disponibles sont peu efficaces et souvent source d’effets indésirables plus gênants que l’acouphène.
De nouvelles pistes sont actuellement en cours d'étude pour tenter de traiter les acouphènes : stimulation magnétique transcrânienne, nouveaux médicaments, etc.
 
Sources
« Acouphènes : bilan, traitement et prévention », Assurance maladie, 2019
« Apport de l’audioprothèse pour les acouphéniques », France Acouphènes, 2016
 
Le 26/06/2019
Mettre des bouchons d’oreilles régulièrement est-il dangereux ?
 
Oui, chez les personnes qui produisent beaucoup de cérumen.
 
De nombreuses personnes utilisent des bouchons d’oreilles, en particulier pour dormir. Pour que les bouchons soient efficaces, il faut les insérer profondément dans les conduits auditifs.
Les personnes qui ont tendance à sécréter une grande quantité de cérumen (la « cire des oreilles ») peuvent, en insérant les bouchons repousser le cérumen vers le tympan. À la longue, il s’accumule et peut former un bouchon. Sa présence se révèle le plus souvent après une baignade, lorsque le bouchon gonflé d’eau empêche d’entendre.
Si vous avez tendance à produire beaucoup de cérumen, consultez un médecin ORL avant d’utiliser régulièrement des bouchons d’oreille. Il existe des bouchons faits sur mesure qui pénètrent peu dans le conduit auditif.
Par ailleurs, certaines personnes présentent des lésions d’eczéma dans le conduit auditif qui peuvent apparaître en réaction au matériau des bouchons. Cet eczéma provoque des démangeaisons. Dans ce cas également, une consultation avec un médecin ORL est indiquée.
Enfin, certaines personnes qui utilisent des bouchons d’oreille pour dormir depuis des dizaines d’années se plaignent du fait de ne plus pouvoir s’en passer.


Sources
 
Les conseils de l’Assurance maladie sur les bouchons de cérumen
https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/bouchon-cerumen/definition-causes-symptomes
 
 
Le 09/04/2019
La teinture mère de propolis est-elle efficace dans les maux de gorge ?
Au mieux, elle a un effet modeste.
La propolis est une substance résineuse récoltée par les abeilles sur les bourgeons des arbres, en particulier ceux des peupliers et des conifères. Elle est riche en composés antiseptiques et antifongiques (contre les champignons microscopiques) de la famille des flavonoïdes, tels que la quercétine et la galangine.
 
La propolis entre dans la composition de nombreux produits proposés pour lutter contre les maux de gorge. Pourtant, aucune étude sérieuse sur l’efficacité de la propolis dans cette indication n’a été faite chez l’homme. Son usage relève plutôt de la tradition. En 2016, une étude a été faite chez les enfants souffrant de pharyngite virale. Elle a montré un léger effet positif sur l’évolution des symptômes mais trop faible pour considérer la propolis comme un traitement. Par ailleurs, une analyse complète des connaissances sur les propriétés thérapeutiques du miel, de la propolis et de la gelée royale publiée en 2017 ne cite pas de propriétés relatives aux maux de gorge.
En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne) ont interdit un grand nombre d'allégations de santé relatives aux compléments alimentaires et autres produits de soins contenant de la propolis. Par exemple, après examen des données scientifiques, elles ont estimé que ces produits ne peuvent pas prétendre à soulager les maux de gorge, ni soutenir le fonctionnement du système immunitaire au niveau des voies aériennes supérieures, ni avoir des effets antimicrobiens. Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les compléments alimentaires contenant de la propolis.

Attention, les personnes allergiques aux produits de la ruche ou aux piqûres d’abeilles, ainsi que les femmes enceintes ou celles qui allaitent, devraient s’abstenir d’utiliser la propolis. Par ailleurs, des cas de rhinite allergique (rhume des foins), d’inflammation des yeux, d’urticaire et de crise d’asthme ont été signalés après la prise de produits contenant de la propolis. Cette mise en garde vaut également pour les produits à appliquer sur la peau ou les bains de bouche à base de propolis.
 
Sources
L’avis de l’EFSA sur la propolis, 2010
L’étude sur la pharyngite virale chez l’enfant, 2016
L’analyse complète des connaissances sur les propriétés thérapeutiques du miel, de la propolis et de la gelée royale, 2017