Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 01/09/2020
Les masques en tissu peuvent-ils provoquer des allergies ?
Rarement, selon le tissu et les colorants, mais cela reste facile à prévenir.
 
Nos confrères du service Décodeurs du quotidien Le Monde ont consacré un décodage très complet à cette question. Nous vous renvoyons à sa lecture.
 
Sources
Les masques en tissu peuvent-ils provoquer des allergies, comme l’affirme une publication virale ?, Le Monde, 2020
Le 09/06/2020
Toux, maux de tête, fatigue... Comment distinguer une allergie au pollen de la Covid-19 ?
La fièvre n’est pas présente lors d’allergie au pollen.
 
L’allergie au pollen (rhinite allergique ou rhume des foins) s’annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Lors de Covid-19, le nez peut également couler, mais de manière moins intense, avec moins d’éternuements.
Lors d’allergie, les yeux gonflent, rougissent et larmoient : c’est la conjonctivite, qui est exceptionnelle lors de Covid-19. Enfin, il n’y a pas de fièvre, ce qui est différent de la Covid-19 où la fièvre est caractéristique.
La perte de l’odorat (anosmie) ou du goût (agueusie), observée dans la moitié environ des cas de Covid-19, est rare lors d’allergie au pollen, sauf si le nez est bouché.

Dans les cas plus sévères d’allergie au pollen, une toux, des difficultés respiratoires, voire une crise d’asthme, peuvent apparaître, ce qui peut être inquiétant en période de Covid-19. Mais ces symptômes ne sont pas systématiques lors d’allergie au pollen.
La fatigue est rare lors d’allergie au pollen. Elle est parfois ressentie comme un effet indésirables des médicaments antihistaminiques.
De plus, les symptômes d’allergie au pollen ont tendance à augmenter lorsqu’on sort et de diminuer après une pluie. La prise d’un médicament antihistaminique réduit fortement les symptômes d’allergie, ce qui n’est pas le cas lors de Covid-19.
 
Sources
Les symptômes de l’allergie au pollen, Assurance maladie, janvier 2020
Les symptômes de la Covid-19, Assurance maladie, mai 2020
Le 18/04/2019
Le pollen a-t-il une action bénéfique contre l’allergie ?
 
Aucune étude n’a été menée chez l’homme.
 
Le pollen est la semence mâle des fleurs. Il est récolté par les abeilles qui l’utilisent comme nourriture. Selon les fleurs, il contient de 30 à 50 % de glucides, de 25 à 30 % de protéines et de 1 à 20 % de lipides. Il est riche, entre autres, en vitamines du groupe B, en acides aminés essentiels, en calcium, en fer, en magnésium, en soufre, en cuivre.
Parmi les usages traditionnels du pollen, la lutte contre les allergies est parfois mentionnée ce qui peut surprendre puisque les pollens sont à l’origine du rhume des foins (rhinite allergique).
Dans les bases de données scientifiques, il n’existe que deux études indiquant une activité anti-allergique du pollen. Malheureusement, elles portent toutes deux soit sur des cellules cultivées en laboratoire, soit sur des souris, ce qui diminue leur pertinence en termes d’effet global sur l’être humain. On ne peut donc pas confirmer que le pollen soit bénéfique contre les allergies.
Deux remarques à garder à l’esprit :
  • la composition du pollen varie selon les fleurs que les abeilles ont butinées : il est donc difficile de dire que le pollen soigne ceci ou cela puisque sa composition est très variable, et cela rend les études compliquées à mener ;
  • certains pollens peuvent être hautement allergènes pour les personnes sensibles : avant de prendre du pollen, mieux vaut consommer une quantité minime et surveiller ses effets. Des cas de réaction allergique grave ont été observés avec des gonflements (œdèmes) et des crises d'asthme.
 
Sources
 
Deux articles qui font le point sur les propriétés connues et supposées du pollen
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4377380/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27013064
 
Les deux études portant sur les propriétés anti-allergiques du pollen
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19367658
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18361733/
 
Le 05/04/2019
Les huiles essentielles ont-elles un intérêt en cas de rhume des foins (rhinite allergique) ?
Oui, si l’on en croit une récente étude coréenne. Mais à confirmer.
La rhinite allergique (« rhume des foins ») est souvent saisonnière. Elle s’annonce par des picotements dans le nez, de fréquents éternuements et un écoulement nasal clair. Ces troubles s’accompagnent souvent d’une conjonctivite : les yeux gonflent, rougissent et larmoient. Parfois, des maux de tête accompagnés de fatigue accentuent la sensation de malaise. Elle est très handicapante à certaines périodes de l’année, voire toute l’année s’il s’agit d’une rhinite allergique dite « perannuelle ».
 
Voir la réponse complète