Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 18/12/2019
Diminuer la température corporelle permet-il de favoriser la perte de poids ?
Aucune étude ne semble l’indiquer.
 
Certains sites internet vantent les mérites des douches froides de longue durée (3 à 5 minutes avec une eau à… 14°C !) pour provoquer une légère hypothermie (diminution de la température corporelle) et forcer le corps à brûler des calories pour maintenir une température interne à 38°C. L’idée étant que brûler des calories aide à perdre du poids (à condition de ne pas sauter sur un paquet de chips en sortant de la salle de bains !).
Aucune étude n’a évalué les effets de cette pratique sur le poids. Elle reste donc largement hypothétique.
Des études ont en revanche exploré les effets de la température ambiante du domicile sur la gestion du poids. Soit plus froide, pour brûler des calories en se réchauffant, soit plus chaude, pour brûler des calories en transpirant pour se rafraîchir.
Selon une étude britannique, les personnes chauffant leur domicile autour de 25°C sont globalement plus minces que celles vivant à des températures inférieures à 23°C, y compris plus basses vers 19°C. Au-delà des calories brûlées à transpirer, ces températures élevées réduisent l’appétit ce qui pourraient expliquer la différence observée.
Par ailleurs, une étude néerlandaise a montré que la dépense énergétique augmente lors d'une exposition quotidienne pendant 2 à 3 heures à des températures comprises entre 17 et 19°C.
Mais, dans un cas comme dans l’autre, aucune étude n’a évalué l’effet des températures situées hors de l’intervalle 19-23°C sur la perte de poids.
Baisser la température de son domicile de quelques degrés permet des économies d'énergie mais reste inconfortable (pas question de se couvrir, cela annulerait l’effet). À l'inverse, augmenter la température ambiante alourdit la facture énergétique et aura des conséquences sur l’environnement si la source d’énergie utilisée n’est pas renouvelable.
 
Sources
L’étude sur le lien entre température du domicile et index de masse corporelle (IMC), 2014
L’étude sur les effets de l’exposition au froid pour brûler plus de calories, 2014
Le 06/12/2019
Est-ce que la bière sans alcool est calorique ?
Moins que la bière avec alcool.
 
Une bière est dite « sans alcool » lorsqu’elle titre, au maximum, à 1,2 % d’alcool. Elle en contient donc. Depuis quelques années, il est possible de trouver dans le commerce une véritable bière sans alcool.
Un demi (250 cl) de bière « sans alcool » apporte 63 kcal (« calories ») en moyenne. Un demi de bière à 5-6° degré d’alcool apporte 141 kcal. Un demi de bière forte à plus de 8° apporte 156 kcal. La bière alcoolisée est une boisson assez calorique, d’où son surnom de « pain liquide » au XIXe siècle.
 
Sources
Fiche CIQUAL pour la bière « sans alcool », Anses
Fiche CIQUAL pour la bière à 5-6°, Anses          
Fiche CIQUAL pour la bière à plus de 8°, Anses
Le 03/12/2019
Est-ce que le beurre est meilleur pour la santé que la margarine ?
Ça dépend pour qui.
 
Commençons par comparer un beurre moyen non salé à une margarine moyenne, non salée, non allégée et molle (attention, les margarines dures destinées à la friture sont nutritionnellement très différentes, nous n’en parlerons pas ici).
Le beurre est plus gras que la margarine : 80 % de matières grasses pour le beurre contre 65 % pour la margarine (et 35 à 40 % pour les margarines allégées). Donc le beurre est plus calorique (730 kcal/100 g contre 590 kcal/100 g de margarine).
De plus, le beurre est riche en graisses d’origine animale, les acides gras saturés : 53 g/100 g contre 25 g/100 g pour la margarine. Ces acides gras saturés sont ceux que les personnes qui souffrent d’un excès de cholestérol sanguin doivent limiter dans leur alimentation. Cent grammes de beurre apportent 213 mg de cholestérol alors que 100 g de margarine n’en apportent que 7 mg.
Mais le beurre a des avantages : 100 g apportent 18 mg de calcium (la margarine 9 mg). Le beurre est une bonne source naturelle de vitamine A et D, mais les margarines en sont quasiment toutes enrichies et donc en apportent désormais considérablement plus.
Les margarines sont 5 fois plus riches que le beurre en acides gras dits « polyinsaturés » (les célèbres oméga 3, 6 et 9). Mais parmi ces acides gras, la margarine est particulièrement riche en acides gras oméga-6 et oméga-9 (acide linoléique, acide oléique, acide palmitique, etc.) et pauvre en oméga-3, ceux qui sont habituellement recommandés (EPA, DHA). De fait, les fabricants de margarine enrichissement souvent artificiellement les margarines en acides gras oméga-3 pour rééquilibrer le rapport 3/6. Les acides gras oméga-6 et oméga-9 sont fréquents dans notre alimentation et nous en consommons souvent trop. Pour certains nutritionnistes, la richesse des margarines en acides gras oméga-6 et -9 est leur principal défaut. Sur le plan de l’apport en oméga-9, le beurre est préférable car il en contient considérablement moins.
Attention aux margarines enrichies en phytostérols, destinées aux personnes qui souffrent d’un excès de cholestérol. Ces substances bloquent l’absorption des vitamine A, D, E et K et ne doivent pas être consommées par les femmes enceintes ou qui allaitent, ni par les enfants.
Alors, que conclure ? Si vous souffrez d’excès de cholestérol, la margarine est préférable, surtout si elle est enrichie en vitamines et acides gras oméga-3 (éventuellement en phytostérols). Si vous ne souffrez pas de ce problème, le beurre est plus équilibré en acides gras et plus « naturel ». Mais il faudra en consommer moins pour un apport calorique similaire. Dans tous les cas, les matières grasses sont à consommer avec beaucoup de modération. Le beurre devrait être réservé aux tartines et à la pâtisserie (qui doit être occasionnelle). Mieux vaut manger léger et privilégier les huiles végétales pour cuisiner.
 
Sources
La fiche CIQUAL du beurre « moyen » non salé, Anses
La fiche CIQUAL de la margarine « moyenne » non salée, Anses
Le 02/12/2019
Le boudin est-il calorique ?
Oui, le boudin noir est un aliment assez calorique car assez gras.
 
Le boudin noir contient environ 300 kcal (calories) pour 100 grammes, avec 27 % de matières grasses, 12 % de protéines et quasiment pas de glucides (sucres), ni de fibres. Il est riche en phosphore (137 mg/100 g) et en potassium (162 mg/100 g). Il contient également du fer (17 mg/100 g) et du calcium (22 mg/100 g).
Le boudin blanc est un peu moins calorique : 244 kcal pour 100 grammes avec 18 % de matières grasses, 11 % de protéines et 9 % de glucides.
 
Sources
Fiche CIQUAL du boudin noir, Anses
Fiche CIQUAL du boudin blanc, Anses
Le 12/11/2019
Existe-t-il des aliments qui font maigrir ?
Malheureusement non, mais une alimentation équilibrée y contribue.
Régulièrement, les magazines vantent des aliments qui font prétendument maigrir. Poisson, aliments riches en fibres, ananas, pamplemousse… la liste est longue. Qu’en est-il vraiment ?
À part l’eau, aucun aliment n’apporte zéro calorie. Donc, potentiellement, tous les aliments peuvent faire grossir pourvu qu’ils soient consommés en quantité. Pour pouvoir faire maigrir, il faudrait que l’énergie nécessaire à les mâcher et les digérer soit supérieure à celle qu’ils apportent… et qu’on ne mange que ce type d’aliment !
C’est en partie le cas pour les protéines, ce qui explique l’effet à court terme des régimes dits « hyperprotéinés » basés sur les sources de protéines les moins riches en graisses (ce qui n’est pas le cas de la plupart des viandes) : blanc d’œuf, protéines extraites du lait, laitages à 0 % de MG, par exemple. Mais une alimentation uniquement basée sur les protéines est dangereuse pour la santé, en particulier pour les reins.
Alors comment faire ? L’alimentation idéale pour maigrir est une alimentation équilibrée, diversifiée et qui fait la part belle aux aliments pauvres en calories et riches en fibres (légumes et fruits, mais aussi céréales complètes et légumes secs) et à ceux riches en protéines et pauvres en matières grasses (viande blanche, poissons maigres, produits laitiers demi-écrémés ou à 0 %, blanc d’œuf, par exemple). Le tout consommé en quantité modérée, sans excès. Et au cours de trois vrais repas par jour, sans grignotage entre les repas.
Pour finir, il est important de répéter que l’activité physique régulière est essentielle pour perdre du poids. Moins pour les calories brûlées pendant l’effort (à moins de faire un sport de manière intensive) que parce qu’elle maintient la musculature et oblige le corps à puiser son énergie dans ses graisses. Sans exercice, ce sont les muscles qui seront brûlés en premier, avant les graisses. Manger équilibré, bouger régulièrement… encore et toujours !
 
Sources
Guide « La santé vient en mangeant », Programme national nutrition santé, 2002
Guide « La santé vient en bougeant », Programme national nutrition santé, 2004
Le site « Manger Bouger », Programme national nutrition santé.