Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Il y a 2 jours
Une tisane gingembre - curcuma peut-elle éliminer les calculs rénaux ?
Au contraire, elle pourrait les favoriser.
 
Considérant ce que les études scientifiques ont montré, la consommation de tisane gingembre – curcuma n’est pas du tout une bonne idée lorsqu’on souffre de calculs rénaux.
En effet, chez 70 % des patients, les calculs rénaux sont formés d’oxalate de calcium et les personnes qui en souffrent doivent veiller à réduire leur apport alimentaire en oxalates (et en sel). Les oxalates se trouvent en quantité dans le cacao et le chocolat, les épinards, la rhubarbe, les blettes, le brocoli, le céleri, la betterave, les fraises, les noix, les produits dérivés du soja, etc.
Le gingembre et le curcuma sont deux épices qui contiennent de grandes quantités d’oxalates : 1,5 g pour 100 g de gingembre séché, 1,9 g pour 100 g de curcuma séché. C’est aussi le cas pour la cardamome et la cannelle. Ce sont donc des aliments dont la consommation est à surveiller lorsqu’on souffre de calculs rénaux.
Boire au moins 2 litres de liquides par jour est important pour prévenir l’apparition de calculs rénaux. Mais mieux vaut boire de l’eau ou, en quantité raisonnable, du jus d’orange dilué.
 
Sources
L’étude sur la richesse de diverses épices en oxalates, 2012.
Les recommandations alimentaires de l’Association française d’urologie pour les personnes souffrant de calculs rénaux, 2015.
Le 18/12/2019
Quelle boisson peut aider à éliminer les calculs rénaux d’oxalate de calcium ?
Presque toutes si on en consomme au moins 2 litres par jour.
 
Attention, nous allons parler ici de prévenir les calculs, pas de les supprimer. Pendant une crise de colique néphrétique, ou si vous soupçonnez une crise imminente, ne buvez pas de grandes quantités de liquides en espérant chasser le calcul ! L'accumulation d'urine dans le canal bouché ne ferait qu'aggraver la douleur.
Chez les personnes sujettes aux coliques néphrétiques dues aux calculs d’oxalate de calcium, certaines mesures simples permettent de diminuer le risque de connaître une nouvelle crise.
- Buvez au moins 2 litres d'eau par jour, en répartissant les boissons sur la journée (y compris avant de vous coucher ou si vous vous levez la nuit) pour éviter la concentration des urines et éliminer les cristaux avant qu'ils ne deviennent volumineux. Lorsqu’il fait chaud, ou lors d’activité sportive, il est nécessaire de boire davantage, au moins 3 litres dans la journée. Idéalement, les urines devraient rester pâles en toute circonstance. Évitez les eaux minérales trop riches en sels minéraux (en particulier en calcium comme Contrex, Hépar ou Vittel).
- Évitez le thé trop fort, les boissons sucrées ou salées, le lait, la bière et les autres boissons alcoolisées.
- Les apports de calcium doivent être de 800 mg à 1 gramme par jour. Il est recommandé de manger 2 à 3 portions de produits laitiers par jour selon la richesse de votre eau du robinet en calcaire.
- Si vous avez tendance à souffrir de calculs oxalocalciques, n'abusez pas des protéines. La consommation quotidienne de viande ou de poisson ne devrait pas dépasser 150 grammes par jour.
- Réduisez votre consommation de sel. Les personnes qui souffrent de calculs oxalocalciques devraient essayer de consommer moins de 5 grammes de sel de cuisine par jour. Ne salez pas dans votre assiette.
- Enrichissez votre alimentation en fruits et légumes de toutes sortes, en particulier ceux riches en potassium qui favorise l’élimination du calcium : banane, pommes de terre, fèves, par exemple. Deux verres de jus d’oranges pressées par jour sont conseillés. La vitamine C en grande quantité (comprimés de 500 mg à 1 g) est déconseillée.
- Les aliments riches en oxalate doivent être consommés avec modération : en particulier le chocolat et le cacao, mais aussi les cacahuètes, les noix, les noisettes, les amandes, les asperges, les betteraves, la rhubarbe, les épinards, l’oseille, les figues, par exemple.


Sources
 
« Règles diététiques et calculs urinaires », Société française d’urologie, 2010
Le 16/12/2019
Faut-il boire du vinaigre pour lutter contre les calculs rénaux ?
Il est trop tôt pour l’affirmer.                                                                           
 
La consommation de vinaigre ne fait pas partie des recommandations alimentaires destinées à prévenir les calculs urinaires. Celles-ci mettent surtout en avant :
  • de boire au moins 2 litres d'eau par jour (3 litres par temps chaud ou lors d’activités sportives), en répartissant les boissons sur la journée (y compris avant le coucher ou au cours de la nuit), en évitant les eaux minérales trop riches en sels minéraux (en particulier en calcium comme Contrex, Hépar ou Vittel), mais aussi le thé trop fort, les boissons sucrées ou salées, le lait, la bière et les autres boissons alcoolisées ;
  • de consommer chaque jour moins de 150 g de viande ou de poisson ;
  • de consommer moins de 5 grammes de sel de cuisine par jour ;
  • d’enrichir son alimentation en fruits et légumes, en particulier ceux riches en potassium: banane, pommes de terre, fèves, par exemple. Deux verres de jus d’oranges pressées par jour sont conseillés. La vitamine C en grande quantité (comprimés de 500 mg à 1 g) est déconseillée.
  • de consommer avec modération les aliments riches en oxalates : en particulier le chocolat et le cacao, mais aussi les cacahuètes, les noix, les noisettes, les amandes, les asperges, les betteraves, la rhubarbe, les épinards, l’oseille, les figues, par exemple.
Concernant la consommation de vinaigre, les seules données scientifiques viennent de récentes études en Chine. Ayant observé sur plus de 9 000 Chinois que ceux consommant du vinaigre tous les jours avaient moins de calculs rénaux (oxalate de calcium, les plus fréquents), ces chercheurs ont mené une petite étude randomisée contre placebo (61 personnes dans chaque groupe). La prise de 5 ml de vinaigre (vinaigre vieilli « Ninghuafu ») trois fois par jour pendant un an semble réduire la fréquence des calculs rénaux. Les chercheurs ont identifié, chez le rat, de possibles mécanismes d’action. Mais il est trop tôt pour conclure de manière certaine que la prise de vinaigre réduit le risque de calculs rénaux.
Attention, le vinaigre attaque l’émail des dents et toute prise de vinaigre devrait être suivie d’un rinçage soigneux de la bouche.
 
Sources
« Règles diététiques et calculs urinaires », Société française d’urologie, 2010
L’étude chinoise sur risque de calculs rénaux et habitudes alimentaires, 2017
L’étude chinoise sur les effets de la prise de vinaigre sur le risque de calculs rénaux, 2019
Le 14/10/2019
Le café, le thé et le chocolat provoquent-ils des calculs rénaux ?  
Le chocolat, le cacao et, dans une moindre mesure, le thé noir et le café soluble.
Les calculs rénaux peuvent être de diverses natures, selon les minéraux qui les constituent. Les recommandations nutritionnelles relatives au chocolat, au thé et au café concernent les calculs rénaux constitués d’oxalate de calcium (75 % des calculs rénaux observés de nos jours). Dans ce cas, mieux vaut réduire sa consommation d’aliments riches en oxalates.
 
Le chocolat et le cacao sont très riches en oxalates, ils doivent donc être consommés avec modération. Le thé noir en contient aussi mais dans une moindre mesure, et il apporte de l’eau, nécessaire pour éliminer les oxalates. On peut en boire sans excès, en évitant de le faire trop infuser ou en préférant le thé vert.
Concernant le café, il semble que ce soit essentiellement le café instantané qui soit riche en oxalates. Les oxalates se trouvent aussi dans les asperges, la rhubarbe, le cresson, l’oseille, les épinards, les figues, les betteraves, etc.
 
Rappelons les autres conseils alimentaires en cas de calculs oxalocalciques :
  • Buvez au moins deux litres d'eau par jour. Lorsqu’il fait chaud, ou lors d’activité sportive, il est nécessaire de boire davantage, au moins trois litres dans la journée. Évitez les eaux minérales trop riches en sels minéraux (en particulier en calcium comme Contrex, Hépar ou Vittel). Les eaux minérales riches en bicarbonates (Vichy Célestins, Vichy Saint-Yorre, par exemple) sont à privilégier.
  • Réduisez votre consommation de protéines (viandes et produits laitiers). La consommation quotidienne de protéines ne devrait pas dépasser un gramme de protéines par jour et par kilo de poids (par exemple, 70 g par jour pour un homme de 70 kg).
  • Réduisez votre consommation de sel. Les personnes qui souffrent de calculs oxalocalciques devraient essayer de consommer moins de cinq grammes de sel de cuisine par jour.
  • Enrichissez votre alimentation en fruits et légumes de toutes sortes, en particulier ceux riches en potassium qui favorise l’élimination du calcium : banane, pommes de terre, fèves, par exemple.
 
Sources
« Calculs urinaires : la solution est dans l’assiette ! », Association française d’urologie, 2015
http://www.urologie-sante.fr/fileadmin/medias/afu/communiques/2015-12-07_calculs-urinaires.pdf
 
Le 15/04/2019
Est-il vrai que ce sont les impuretés de l’intestin qui finissent par donner la cataracte ?
Non, mais certaines maladies de l’intestin augmentent le risque de cataracte.
 
Le facteur de risque principal de la cataracte est l’âge. De plus, les personnes qui présentent une forte myopie, un glaucome chronique ou une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) sont également plus à risque de développer une cataracte.
Il en est de même pour les personnes diabétiques dont la glycémie n’est pas contrôlée par un traitement, les personnes qui vivent dans des régions très ensoleillées ou en altitude (les rayons ultraviolets accélèrent le vieillissement du cristallin) et celles qui ont eu un traumatisme de l’œil, une intervention chirurgicale oculaire ou une radiothérapie anticancéreuse.
Concernant l’intestin, les personnes qui souffrent de maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique) ont un risque plus élevé de développer une cataracte, en particulier lors de traitement corticoïde à long terme. En aucun cas, les « impuretés de l’intestin » ne sont impliquées dans l’apparition de la cataracte.
De plus, il semblerait que les fumeurs, les personnes alcoolodépendantes et celles qui ont une alimentation insuffisamment riche en fruits et en légumes aient également un risque plus élevé de développer une cataracte.
 
Sources
 
Deux articles sur le risque augmenté de cataracte lors de maladie inflammatoire chronique de l’intestin
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30148806
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4386693/