Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 17/12/2019
Un jus d’orange pressée le matin est-il suffisant comme apport en vitamine C ?
En complément d’une alimentation diversifiée.
 
Un verre de 150 ml de jus d’oranges fraîchement pressées contient environ 80 mg de vitamine C (entre 70 et 90 mg selon les oranges).
Les apports nutritionnels conseillés sont de 110 mg par jour pour un adulte et de 120 mg par jour chez la femme enceinte. Les fumeurs ont des besoins accrus en vitamine C : il leur est conseillé d’en ingérer entre 200 et 250 mg par jour.
Un verre de jus d’oranges maison semble donc représenter un peu moins que la dose minimale requise pour un adulte. Néanmoins, la vitamine C est présente dans de nombreux autres fruits et légumes : autres agrumes, kiwi, poivrons, légumes de la famille des choux, épinards, fraises, persil, etc. Donc une alimentation diversifiée et complétée par un verre de jus d’orange maison suffit généralement pour les adultes.
Les femmes enceintes et les fumeurs doivent enrichir cet apport de base.
 
Sources
Fiche CIQUAL du jus d’orange maison, Anses
« Vitamine C ou acide ascorbique », Anses, 2019
Le 17/12/2019
Quelles sont les vertus du radis noir ?
Il est traditionnellement proposé pour stimuler la production de bile.
 
En phytothérapie, le radis noir (Raphanus sativus var. niger) est traditionnellement utilisé pour stimuler le foie et traiter les affections bénignes des bronches. Sa racine est consommée sous forme de jus ou de sirop. En usage externe, il est réputé adoucissant et cicatrisant.
La racine du radis noir (et des radis en général) renferme des dérivés soufrés, les glucosinolates, responsables de leur odeur et de leur saveur. Des travaux expérimentaux ont démontré que ces substances stimulent la production de bile (elles sont « cholérétiques ») et son élimination dans l’intestin (elles sont « cholagogues »). Pour cette raison, les substances actives du radis noir ont été proposées pour soulager les digestions difficiles, et comme moyen potentiel de prévenir les calculs biliaires à base de cholestérol (mais sans étude de confirmation). Ces substances auraient également des propriétés diurétiques modestes.
Considérant le fait que le radis est utilisé dans les traditions de phytothérapie de nombreuses cultures, il est étonnant qu’il n’ait fait l’objet que de peu d’études scientifiques, quasiment toutes chez le rat et la souris, ou dans le tube à essai. De ce fait, les autorités de santé n’ont pas pu publier d’information de référence au sujet du radis noir. L’usage du jus de radis noir repose donc uniquement sur les traditions, sans confirmation scientifique.
 
Sources
« Les plantes hépatotropes », Société française d’ethnopharmacologie
Une étude sur les substances actives du radis noir, 2013
Une revue des connaissances sur les effets du radis noir, 2017
Le 17/12/2019
Les bananes sont-elles bonnes pour la santé ?
Oui.
 
Les bananes sont une source de nutriments intéressante. Cent grammes de bananes séchées apportent 1,9 grammes de fibres, 4 mg de calcium, 35 mg de magnésium, 25 mg de phosphore, des bêta-carotènes (précurseurs de la vitamine A) et de la vitamine B9. Ils apportent surtout 360 mg de potassium ce qui en fait une source importance de ce minéral.
Le potassium est essentiel au fonctionnement des muscles (donc du cœur). Une alimentation riche en potassium est conseillée aux personnes qui ont une pression sanguine élevée, à celles qui prennent des diurétiques et lors de diarrhées. À l’inverse, les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale doivent alléger leur alimentation en potassium.
Parce qu’elles contiennent 20 g de glucides pour 100 g (dont 15 g de sucres, le reste étant de l’amidon), les bananes sont moyennement caloriques : 90 kcal pour 100 grammes.
Une belle banane de 150 g représente 135 kcal (soit 6,5 % de notre ration calorique moyenne quotidienne). Cette banane de 150 g contient également 0,54 g de potassium ce qui est le quart de la quantité de potassium recommandée chaque jour.
 
Source
Fiche CIQUAL de la banane fraîche, Anses.
 
Le 16/12/2019
Est-ce que la gelée royale est un perturbateur endocrinien qui augmente le risque de cancer ?
Non.
 
La gelée royale est une substance laiteuse sécrétée par les abeilles pour nourrir la larve destinée à devenir reine. La gelée royale contient 13 % de protéines, 11 % de sucres similaires à ceux du miel, 5 % de matières grasses et 70 % d’eau. Elle est riche en acides aminés, en vitamines du groupe B, en sels minéraux et en oligoéléments tels que le chrome, le manganèse et le nickel.
La gelée royale ne figure pas sur la liste des perturbateurs endocriniens signalés par l’Institut national du cancer, ni sur celle des perturbateurs endocriniens recensés par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). L’appellation « perturbateur endocrinien » est étroitement codifiée par des critères objectifs et la gelée royale ne remplit pas ces critères.
Concernant le cancer, de nombreuses études ont montré que, dans le tube à essai, la gelée royale inhibe la prolifération de divers types de cellules cancéreuses. Cet effet serait lié à sa concentration en acide 10-hydroxy-2-décénoïque, une substance propre à la gelée royale. Une étude a montré que, dans le tube à essai, la gelée royale inhibe la transformation cancéreuse de cellules du sein exposées au bisphénol-A, un perturbateur endocrinien avéré.
Cependant, il ne faudrait pas conclure que la gelée royale est un traitement préventif ou curatif contre le cancer. De nombreuses substances chimiques ont fait leurs preuves contre le cancer dans le tube à essai sans jamais montrer d’efficacité dans la vie réelle. De fait, aucune étude clinique n’a montré d’efficacité de la gelée royale dans la prévention ou le traitement du cancer.
Par ailleurs, aucune étude, dans la vie réelle ou dans le tube à essai, ne semble indiquer une augmentation du risque de cancer chez les personnes qui prennent de la gelée royale. Une étude contre placebo sur 6 mois (61 personnes, 3 g de gelée royale par jour) a montré que cette supplémentation augmentait significativement le nombre de globules rouges.
 
Sources
La liste des perturbateurs endocriniens de l’Institut national du cancer, 2019
Les travaux de l’Anses sur les perturbateurs endocriniens, 2019
Le 12/12/2019
Est-il vrai qu’il faut faire 11 km de footing pour éliminer les calories d'un croissant ?
Non. Environ 4 fois moins.
 
Un croissant pèse environ 50 grammes. Cent grammes de croissant apportent environ 420 kcal (calories). Donc manger un croissant apporte 210 kcal.
Onze kilomètres de footing, à une vitesse raisonnable de 12 km/h pour un débutant de 75 kg, « brûlent » 850 kcal. Ce qui représente 4 croissants moyens.
Donc pour éliminer un croissant, ce coureur devra parcourir 2,75 km (en 14 minutes environ).
 
Sources
Fiche croissant dans la table CIQUAL des aliments, Anses
Vitesses moyennes de jogging
Calculateur de calories dépensées en courant