Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Il y a 15 jours
Faut-il éviter le jus de pamplemousse quand on prend des médicaments ?
Oui, pour une vingtaine de substances médicamenteuses.
Le pamplemousse, en fruit ou en jus, contient des substances, les furanocoumarines, qui inhibent une enzyme de notre système de détoxification, appelée CYP3A4 (une forme d’une enzyme nommée cytochrome P450). La conséquence de cette inhibition par le pamplemousse est que notre organisme a plus de mal à éliminer certains médicaments. Prise après prise, ceux-ci s’accumulent dans le corps et le risque d’effets indésirables, parfois graves, augmente.
Plus rarement, le jus de pamplemousse peut diminuer l’efficacité d’un médicament.
Voir la réponse complète
Il y a 34 jours
Quel aliment pour favoriser la pousse des cheveux ?
Aucun en particulier.

Si aucune étude scientifique n’a identifié d’aliment qui favorise la pousse des cheveux, une vitamine semble contribuer à la santé des cheveux en général. Après examen des données scientifiques, les autorités sanitaires européennes ont en effet estimé que :
  • les compléments alimentaires contenant de la vitamine B8 (biotine) peuvent prétendre contribuer au maintien de cheveux en bonne santé si et seulement si ces produits contiennent au moins 7,5 microgrammes de vitamine B8 (biotine) pour 100 g, 100 ml ou par emballage si le produit ne contient qu’une portion. Par contre, les compléments alimentaires contenant de la vitamine B1 (thiamine) ou B5 (acide pantothénique) ne peuvent PAS prétendre être indispensables à la santé des cheveux, des ongles ou de la peau.
  • les compléments alimentaires contenant de la cystéine ou de la méthionine (acides aminés soufrés) ne peuvent PAS prétendre améliorer la pousse et la qualité des cheveux, ni arrêter la chute des cheveux.
  • enfin, les produits contenant de la levure de bière ou des extraits de levure de bière (béta-glucanes) ne peuvent PAS prétendre contribuer à la santé de la peau, des cheveux ou des ongles.
Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour ces compléments alimentaires à l’exception de ceux contenant de la vitamine B8 (biotine). Cette vitamine se trouve en quantités intéressantes dans le jaune d’œuf, le foie, les rognons, le lait, le soja, l’avoine, les champignons, les graines germées, la levure de bière et la gelée royale.
Par ailleurs, les vertus des algues pour la santé des cheveux n’ont jamais été démontrées.

Sources
L’avis de L’EFSA sur l’ensemble des substances abordées dans cette réponse, 2020
Le 24/11/2020
Les épinards sont-ils dopants ?
Ils contiennent de petites quantités d’une substance probablement dopante.
 
Votre question fait référence à une étude allemande récente qui a testé le pouvoir dopant (en augmentant la masse musculaire) d’une substance, l’ecdystérone, présente dans les épinards (mais aussi les asperges, la racine de Maral  - Rhaponticum carthamoides, ou le cyanotis – Cyanotis vaga).
L’ecdystérone a fait l’objet de nombreuses études sur les sportifs et on suspecte qu’elle ait été utilisée par les athlètes soviétiques dans les années 1980. Elle agit sur les récepteurs estrogéniques (ceux sensibles aux hormones sexuelles féminines), à l’inverse des stéroïdes « classiques » qui agissent sur les récepteurs à la testostérone. De nombreux compléments alimentaires destinés aux sportifs contiennent de l’ecdystérone.
Cette nouvelle étude a administré deux dosages d’ecdystérone à des sportifs et comparé leurs résultats à ceux d’un groupe témoin recevant un placebo. Les 46 sportifs de l’étude ont été soumis au même entrainement et aux mêmes épreuves.
L’administration quotidienne de 12 ou 48 mg d’ecdystérone pendant 12 semaines a significativement augmenté la masse musculaire des personnes qui en prenait (pour l’anecdote, les chercheurs pensaient administrer 200 et 800 mg d’ecdystérone, mais l’analyse a posteriori des gélules utilisées a révélé des concentrations bien inférieures).
Étrangement, l’administration d’ecdystérone a seulement augmenté les performances des muscles du haut du corps (mesurées sur un banc de presse), mais pas celles des muscles des jambes (mesurées par des sauts et des squats), malgré l’augmentation de volume de ces derniers. L’augmentation des performances des muscles du haut du corps était d’environ 11 % en moyenne. Les auteurs ont du mal à expliquer pourquoi l’effet était limité au haut du corps. Néanmoins, ils concluent que l’ecdystérone devrait être inscrite sur la liste des substances dopantes.
Combien faut-il manger d’épinards pour parvenir à ingérer 48 mg d’ecdystérone ? La réponse semble varier selon le mode de culture et le type d’épinard envisagé. Selon l’une des auteurs de l’étude, un kilogramme d’épinards contiendrait entre 50 et 800 mg d’ecdystérone. Il faudrait donc en consommer quotidiennement entre 65 grammes et 1 kg, selon le type d’épinard. N’est pas Popeye qui veut…
 
Sources
 
L’étude allemande récente sur l’ecdystérone, 2020
Le 02/11/2020
Le chocolat est-il vraiment un antidépresseur naturel ?
Non, mais il est apprécié par les personnes souffrant de dépression.
Le chocolat (on parle ici de chocolat noir, le plus riche en substances propres au cacao) est un aliment qui contient de nombreux minéraux (magnésium, potassium, phosphore, calcium, fer, etc.) et des substances d’origine végétale ayant des effets sur le système nerveux.
Parmi celles-ci, la caféine, substance excitante, et la théobromine, une substance aux effets similaires à ceux de la caféine (et qui, c’est important à savoir, est toxique pour les animaux de compagnie et responsable de décès fréquents chez les chiens ayant déniché une tablette de chocolat).
 
Voir la réponse complète
Le 14/10/2020
La broméline (ou bromélaïne) a-t-elle une action anti-inflammatoire ?
Il est trop tôt pour l’affirmer, mais certaines études le suggèrent.

La bromélaïne (également appelée broméline) est un mélange d’enzymes extrait de l’ananas et capable de digérer les protéines. Pour cette raison, elle est utilisée comme additif alimentaire, par exemple pour attendrir la viande. En France, la bromélaïne entre dans la composition d’un médicament destiné à accompagner le traitement des œdèmes (gonflements) liés à une opération ou à un traumatisme.
La bromélaïne est présente dans des compléments alimentaires destinés à soulager les troubles digestifs, l'arthrose et les maladies inflammatoires, les jambes lourdes, les œdèmes (gonflements) dus à la chirurgie ou à un traumatisme, le surpoids ainsi que les règles douloureuses. Quelle validité pour ces allégations ?
En 2012, les autorités de santé européennes (EFSA, European Food Safety Authority et la Commission européenne), après examen des données scientifiques, ont estimé que les produits à base de bromélaïne ne peuvent pas prétendre :
  • réduire la sensation de jambes lourdes, améliorer la circulation dans les petits vaisseaux sanguins, ou augmenter la fluidité du sang ;
  • prévenir ou soulager les digestions difficiles et l’inconfort gastro-intestinal, ou améliorer la digestion des aliments ;
  • contribuer à maintenir l’efficacité du système immunitaire ;
  • aider à perdre du poids ou à maintenir un poids optimal, ou lutter contre la cellulite.
Ces revendications d’effet sont désormais interdites pour les produits contenant de la bromélaïne ou des extraits d’ananas. Mais qu’en est-il de ses supposées propriétés anti-inflammatoires ?
De nombreuses études ont suggéré que la bromélaïne exerce un effet anti-inflammatoire, mais la quasi-totalité de ces études ont été menées dans le tube à l’essai et non chez l’animal ou l’homme, ce qui limite leur portée.
Chez l’animal, une étude suggère que l’administration de bromélaïne réduit l’inflammation de l’intestin chez des souris souffrant de syndrome inflammatoire intestinal. Une autre étude suggère un effet anti-inflammatoire au niveau des bronches chez des souris atteintes d’asthme.
Trois études ont eu lieu chez l’homme. Dans la première, la bromélaïne a été administrée après une intervention visant à enlever les dents de sagesse. Dans cette étude, la bromélaïne a réduit la douleur après l’intervention mais n’a eu aucun effet sur l’œdème ou sur les contractures des mâchoires. La seconde, menée avec un placebo, a montré que l’administration de bromélaïne modifie la réaction de certains globules blancs face à une stimulation, suggérant un effet anti-inflammatoire. Néanmoins, une autre étude contre placebo, menée chez des personnes souffrant d’arthrose du genou, n’a pas observé d’effet anti-inflammatoire.
En conclusion, il est trop tôt pour affirmer que la bromélaïne possède des effets anti-inflammatoires avérés. Néanmoins, les résultats disponibles à ce jour indiquent qu’il serait intéressant de continuer à mener des études à ce sujet.
 
Sources
L’étude sur les souris atteintes de syndrome inflammatoire intestinal, 2005
L’étude sur les souris atteintes d’asthme, 2012
L’étude sur les suites d’extraction des dents de sagesse, 2019
L’étude sur les effets sur les globules blancs chez l’homme, 2013
L'étude sur l’arthrose du genou, 2006