Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Il y a 42 jours
L'huile de ricin fait-elle vraiment augmenter la pousse et le volume des cheveux ?
Non. Aucune étude ne le montre, ni même ne le suggère.
 
L’huile de ricin est extraite des graines de ricin (Ricinus communis). Appliquée sur les cheveux, elle est censée hydrater le cuir chevelu, prévenir les pellicules et rendre les cheveux lisses et brillants, voire les faire pousser.
Il n’existe aucune étude clinique évaluant l’efficacité de l’huile de ricin sur la pousse des cheveux. La seule étude qui évoque cette utilisation capillaire est une étude indienne (le pays qui produit l’essentiel de l’huile de ricin) où une femme, après avoir appliqué de l’huile de ricin à ses cheveux, a développé un feutrage de l’ensemble de sa chevelure nécessitant une tonte complète… Des cas d’irritation de la peau ont été décrits après application d’huile de ricin.
Attention, l’huile de ricin, lorsqu’elle est ingérée, est un purgatif puissant, c’est-à-dire une huile qui déclenche les contractions de l’intestin (et de l’utérus) et provoque une diarrhée importante. Son usage comme laxatif est fortement déconseillé, voire proscrit.
 
Sources
L’étude indienne où l’huile a irréversiblement feutré la chevelure d’une femme, 2017
Une synthèse sur la toxicité de l’huile de ricin, 2007
Le 10/04/2020
Que penser des dentifrices au charbon végétal activé ?
Mieux vaut les utiliser de manière exceptionnelle, sous contrôle médical.
 
De nombreux marques de produits d’hygiène bucco-dentaire proposent désormais des dentifrices contenant du charbon végétal activé. Récemment, divers articles scientifiques ont mis en garde les consommateurs contre ces dentifrices qui pourraient nuire à l’intégrité et à la blancheur de l’émail des dents. L’état des connaissances à ce jour est complexe du fait de la grande variété de dentifrices sur le marché (et leurs compositions respectives).
Pourquoi du charbon végétal activé dans un dentifrice ? Le charbon végétal activé présente de très nombreux orifices microscopiques qui attirent et retiennent de nombreuses substances (toxines, gaz, métaux lourds, alcaloïdes, poisons, etc.) mais aussi des médicaments. Ce phénomène est appelé « adsorption ». Il est utilisé dans divers procédés de filtration de l’eau et de l’air.
Selon les fabricants, dans les dentifrices, le charbon végétal aurait la propriété de blanchir les dents (du fait de son pouvoir abrasif), de lutter contre la mauvaise haleine (en adsorbant les substances malodorantes) et de contribuer à la santé de la bouche en général.
Néanmoins, des cas ont été observés où, après un usage régulier de ce type de dentifrice, les personnes ont constaté une abrasion excessive de l’émail (donnant un aspect terne à leurs dents), voire l’apparition de taches sombres sur la surface de l’émail.
Le problème pour pouvoir tirer une conclusion définitive et négative sur ces dentifrices est qu’il en existe un grand nombre, dont la composition peut également inclure des substances très abrasives (voire être dépourvue de fluor ce qui nuit à la prévention des caries).
Sur les vertus blanchissantes, une étude a comparé le charbon, le peroxyde d’hydrogène, le bleu covarine, des microbilles et un mélange de plusieurs abrasifs (XW4D). Le charbon s’est révélé peu efficace comme blanchissant (donc probablement peu abrasif), loin derrière le bleu covarine, le peroxyde d’hydrogène ou les microbilles. De plus, en comparant l’abrasivité de divers dentifrices contenant du charbon, des dentistes ont trouvé de grandes différences d’abrasivité (mesurée par la RDA, Relative Dentin Abrasivity). Il semble donc que ce soit l’association de substances fortement abrasives et de charbon qui puisse être problématique. De plus, diverses études ont montré que les personnes qui cherchent à blanchir leurs dents se brossent plus souvent, plus longtemps et plus intensément, ce qui peut également contribuer aux dommages sur l’émail.
Une analyse croisée portant sur 118 études à propos de l’usage du charbon dans des produits d’hygiène bucco-dentaire a conclu à l’absence de preuves quand l’efficacité du charbon pour maintenir des dents blanches et en bonne santé.
En conclusion, avant d’utiliser un dentifrice au charbon, mieux vaut demander conseil à son chirurgien-dentiste. Dans tous les cas, il doit contenir du fluor aux concentrations recommandées et son usage doit rester exceptionnel, certains dentistes évoquant une fois par mois. Attention, il existe un risque que le charbon bloque l’adsorption du fluor sur l’émail, ce qui renforce l’idée d’une utilisation exceptionnelle de ce type de dentifrice.
 
Sources
L’analyse croisée de 118 études portant sur les dentifrices au charbon, 2017
La comparaison de l’effet blanchissant de divers ingrédients de dentifrices, 2019
Une synthèse des connaissances sur les dentifrices au charbon activé, 2019
Le 20/03/2020
Quel aliment faut-il privilégier lorsqu'on a des douleurs chroniques de l'estomac ?
Les fruits et les légumes cuits, mais surtout mâcher longuement.
 
Avant d’aborder la question des aliments, il est essentiel de rappeler que, en cas de douleurs chroniques de l’estomac, il est essentiel de consulter son médecin traitant pour éliminer la possibilité d’une maladie nécessitant la prescription d’un traitement. En particulier, il faut éliminer la possibilité d’une gastrite (inflammation de l’estomac) ou d’un ulcère gastroduodénal. Parfois, des maux « d’estomac » peuvent se révéler toucher en fait un autre organe : vésicule biliaire, pancréas, foie, etc. Enfin, les maux d’estomac peuvent être une manifestation somatique de l’anxiété.

En cas de prise d’un traitement de longue durée, il peut être nécessaire de s’assurer que les douleurs de l’estomac ne sont pas un effet indésirable d’un traitement : par exemple, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, comme l’ibuprofène ou le kétoprofène), les inhibiteurs de la pompe à protons (prescrits contre les reflux acides), certains antibiotiques, les médicaments contre les troubles de l'érection, certains médicaments contre l'ostéoporose (bisphosphonates), etc.
Une fois ces causes éliminées, on peut envisager retirer de son alimentation certains aliments connus pour augmenter l’acidité de l’estomac : par exemple, les agrumes, la choucroute, les tomates, les plats épicés, les aliments conservés dans le vinaigre, le miel et les confitures, le chocolat, le café et les colas, le thé, la bière, les boissons alcoolisées, etc.
De plus, certaines personnes sont particulièrement sensibles aux légumes de la famille des choux (chou vert, brocoli, choux de Bruxelles, chou kalé, etc.), mais aussi aux crudités, au pain, aux céréales complètes, voire aux aliments qui contiennent du lait ou du lactose, ou à ceux riches en matières grasses.

Les aliments à privilégier sont les légumes cuits (sauf les choux et les tomates) et les fruits cuits. Pour les personnes qui les supportent, les céréales peuvent également être utiles, en particulier les flocons d’avoine et les céréales complètes. L’ajout de graines de psyllium dans les plats (juste avant de les consommer) peut aider en formant un gel protecteur dans l’estomac.
Enfin, trois conseils basiques pour ceux qui souffrent de maux d’estomac :
  • manger lentement en mastiquant longuement ses aliments, dans le calme, en ne faisant rien d’autre (par exemple, loin des écrans) ;
  • éviter les boissons gazeuses, glacées ou alcoolisées ;
  • le cas échéant, arrêter de fumer.
Les aliments à éviter varient considérablement d’une personne à l’autre. Il est donc nécessaire de faire des essais pour identifier ceux qui pourraient aggraver les maux d’estomac. Si vous décidez d’éliminer un aliment de votre assiette, pensez à le remplacer par un autre du même type pour garder une alimentation équilibrée : par exemple, un légume par un autre légume, le lait par des yaourts, le pain par du riz, un fruit par un autre fruit, etc.
 
Sources
« Le bilan médical et le traitement de la dyspepsie », Assurance maladie, mars 2020
« Comment prévenir les brûlures d’estomac », Eurekasanté – VIDAL, mars 2020
Le 09/03/2020
Est-ce que le CBD est efficace contre le stress ?
Aucune étude ne permet de l’affirmer, même s’il semble prometteur contre l’anxiété post traumatique
 
Le cannabidiol (CBD) est l’une des substances actives du chanvre indien (Cannabis sativa). Il représenterait jusqu’à 40 % des substances actives de cette plante, mais ce pourcentage varie fortement selon les différentes variétés de chanvre. Contrairement au THC (delta 9 - tétrahydrocannabinol), le CBD n’a pas d’effet psychoactif et ne provoque pas d’anxiété à forte dose.
Depuis plusieurs années, le CBD fait l’objet d’études cliniques dans le domaine des maladies psychiques, dont les différentes formes d’anxiété (anxiété généralisée, phobies, troubles obsessionnels compulsifs, crise de panique ou syndrome de stress post traumatique - SSPT), mais également dans la prévention des crises de psychose aiguës provoquées par l’anxiété et les situations stressantes.
L’effet éventuel du CBD sur l’anxiété pourrait s’expliquer par ses effets dans le cerveau. En effet, des études ont montré que le CBD se fixe sur divers récepteurs situés à la surface des neurones, en particulier le récepteur à la sérotonine 1A, le récepteur aux cannabinoïdes de type 1 et le récepteur TRPV1 (transient receptor potential vanilloid type 1).

Diverses études ont été menées chez l’homme (et chez l’animal) sur les effets du CBD sur l’anxiété, mais peu sur le stress. Il existe des études cliniques (de petite taille, mais selon une méthodologie sérieuse) qui semblent indiquer un effet réel du CBD pour soulager les différentes formes d’anxiété. En particulier, il est actuellement évalué, avec des résultats intéressants, dans la prévention du SSPT après un événement stressant. Mais ces études ont plutôt évalué son utilisation ponctuelle (pendant une courte durée) que son utilisation chronique (sur plusieurs semaines ou plusieurs mois). On manque donc de données sur les effets d’un traitement à long terme.
Sur le stress, les données sont moins positives. Chez l’animal, des études semblent indiquer que le CBD augmenterait le stress d’animaux non stressés, mais réduirait les effets d’une situation stressante lorsqu’il est administré juste après. Chez les humains, une étude récente menée avec placebo a cherché à évaluer les effets de l’administration de CBD sur le taux sanguin de cortisol (un marqueur reconnu du niveau de stress) chez des personnes à risque de développer une psychose, lorsque celles-ci sont placées dans une situation stressante (prise de parole en public). Aucun effet du CBD n’a été observé sur les taux sanguins de cortisol, même si les personnes recevant du CBD ont signalé un moindre stress (évaluation subjective) que celle recevant le placebo.

En conclusion, si le CBD semble prometteur dans la prévention des manifestations anxieuses, en particulier celles se produisant à la suite d’un stress important, aucune étude ne permet d’affirmer qu’il soit efficace contre le stress dans les situations courantes.
 
Sources
Une synthèse des connaissances sur les effets du CBD contre les manifestations de l’anxiété, 2015
L’étude portant sur le contrôle du stress chez des personnes à risque de développer une psychose, 2020
Une étude sur les effets du CBD chez des personnes souffrant de phobie sociale, 2011
Une synthèse des connaissances sur l’usage du CBD dans le traitement du SSPT, 2018
Le 12/02/2020
Manger une pomme est-il plus efficace que le café pour rester éveillé ?
Non, mais cela contribue aux 5 portions de fruits et légumes quotidiennes
 
Votre question fait référence à un article publié en ligne (voir Sources) qui contient un grand nombre d’inexactitudes.
Selon cet article, la pomme contient du « sucre naturel ». Probablement une référence au fructose, le sucre des fruits. Néanmoins, le sucre de canne est tout aussi naturel… Pris en excès, le fructose expose au même risque de surpoids que le sucre de canne.
Une pomme apporte autant de calories qu’un café contenant deux sucres : environ 12 g de sucre, soit environ 50 kcal (calories). Donc l’énergie apportée au corps est la même, contrairement à ce que dit l’article.

La pomme est-elle « plus rassasiante » que le café ? Oui, sans aucun doute. Son apport en fibres représente plus de volume dans l’estomac et ralentit sa digestion. Mais rien ne permet de dire qu’elle permet de rester éveillé. L’éveil est un état particulier du système nerveux qui est assez peu sensible au sucre ingéré (sauf à en ingérer une grande quantité d’un coup). Par contre, la caféine est, elle, une substance qui augmente la vigilance, comme l’ont montré de très nombreuses études.
L’article vante la pomme comme un « antiseptique intestinal, (…) un dépuratif hépatique et permet de lutter contre les problèmes cardiovasculaires ou liés aux poumons. » Aucune étude scientifique ne vient soutenir ces affirmations. Elle contient des pectines, qui joue un rôle régulateur (modeste) dans le transit intestinal.

Les seules études cliniques menées uniquement avec les pommes portent sur leur capacité à réduire le risque de cancer colorectal (« cancer de l’intestin »). Dans l’une de ces études, les personnes qui consommaient une pomme par jour (et plus encore celles qui consommaient deux pommes par jour voire plus) avait un risque réduit de développer un cancer colorectal (ce qui n’était pas le cas pour les autres fruits ou les légumes). Ainsi, les personnes qui mangeaient deux pommes ou plus par jour avaient un risque de développer un cancer colorectal réduit de moitié.
Ceci étant dit, une étude de 2015 a comparé la santé (en l’occurrence le nombre de consultations médicales, d’ordonnances et d’hospitalisations) de 753 personnes mangeant au moins une pomme par jour à celle de 7646 personnes ne le faisant pas. La consommation de soins par les « mangeurs de pomme » était significativement moindre, mais une fois ajustée pour les différences socio-économiques et d’état de santé initial, la différence entre les deux groupes n’était plus statistiquement significative.
En conclusion, pour rester éveillé, mieux vaut le café. Mais manger des pommes régulièrement (par exemple en les préférant à une viennoiserie pour un en-cas) est une bonne mesure pour sa santé.
 
Sources
« Le saviez-vous ? Pour rester éveillé, manger une pomme est plus efficace que boire un café »
La fiche « Pomme » de la base CIQUAL de composition des aliments
L’étude montrant un effet protecteur de la consommation de pommes vis-à-vis du cancer colorectal
L’étude comparant la consommation de soins des « mangeurs de pomme » à celle de la population générale