Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 26/04/2019
Est-il vrai que les fleurs de Bach aident à gérer les émotions ?
Les preuves manquent pour l’affirmer.
Les élixirs floraux du Dr Bach (plus communément appelés « fleurs de Bach ») sont une forme particulière d’homéopathie (et non de phytothérapie comme on serait tenté de le croire).
Développés en Grande-Bretagne dans les années 1930 par le Dr Edward Bach, un homéopathe, leur utilisation se fonde sur l’idée que certaines fleurs ont le pouvoir de corriger les émotions négatives que nous ressentons. Le Dr Bach travailla d’abord à identifier les émotions négatives susceptibles, selon lui, de causer des maladies. Il distingua trente-huit de ces émotions, classées en sept humeurs. En plaçant sa main au-dessus de différentes fleurs de la campagne anglaise, et en notant l’émotion ressentie par lui à cet instant, le Dr Bach identifia trente-huit fleurs capables de corriger, selon lui, des émotions négatives.
Les fleurs sont cueillies le matin, placées dans un grand bol d’eau de source et soumises à la lumière du soleil pendant trois heures. Elles sont ensuite retirées à l’aide d’une branche de la même plante. L’eau est filtrée et mélangée avec la même quantité d’eau-de-vie. La solution obtenue est ensuite diluée et conditionnée dans des flacons compte-gouttes.
Les élixirs floraux du Dr Bach sont destinés à traiter les troubles émotionnels et les symptômes physiques qu’ils entraînent. Leur analyse chimique ne révèle que de l’eau et de l’alcool. Les partisans de ces remèdes précisent qu’ils reposent sur le principe de l’homéopathie et que l’eau garde la mémoire des fleurs qui y ont infusé.
Aucune preuve scientifique d’efficacité n’a jamais été apportée et les médecins montrent le plus grand scepticisme face aux élixirs floraux du Dr Bach. Un effet placebo reste toujours possible.

Sources
Trois articles faisant le point sur l’absence d’efficacité des fleurs de Bach dans les études cliniques :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11474820
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20734279
https://bmccomplementalternmed.biomedcentral.com/articles/10.1186/1472-6882-9-16