Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 26/04/2019
L’arnica est-il efficace contre les coups ?
On manque de preuves définitives, mais son usage traditionnel est reconnu par l’OMS.
L’arnica des montagnes (Arnica montana) est une plante dont on utilise les fleurs séchées pour la préparation d’extraits et de teintures. Ces préparations sont utilisées uniquement en applications locales, pour soulager ecchymoses (bleus), hématomes, contusions et autres traumatismes sans gravité provoqués par un choc. Attention, pris par voie orale, l’arnica est rapidement toxique, sauf sous forme de préparations homéopathiques.
Les fleurs d’arnica contiennent des flavonoïdes et des lactones sesquiterpéniques, en particulier l’hélénaline et la dihydrohélénaline. Ces substances sont anti-inflammatoires et analgésiques (contre la douleur) mais elles possèdent également des propriétés allergisantes. Les fleurs d’arnica contiennent également des coumarines aux propriétés anticoagulantes.
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l’usage « traditionnel » de l’arnica « en traitement local contre la douleur et l’inflammation provoquées par des blessures mineures et des accidents (ecchymoses, hématomes) ». La Coopération scientifique européenne en phytothérapie (ESCOP) reconnaît l’usage externe de l’arnica « dans le traitement des ecchymoses, des entorses et des piqûres d’insectes ».
Les études cliniques sur le traitement des lésions consécutives à des chocs par l’arnica sont toujours de petite taille et ne permettent pas de conclure définitivement qu’il est efficace, même si un effet positif est souvent observé. L'utilisation de l'arnica ne repose donc que sur la tradition.
La teinture ou les extraits d’arnica doivent être appliqués sur une peau intacte (jamais sur les plaies ouvertes) et à distance des yeux et de la bouche. En cas de contact entre la teinture d’arnica et les muqueuses des yeux ou de la bouche, celles-ci doivent être abondamment rincées à l’eau. Certaines sources recommandent de limiter l’usage des produits à base d’arnica aux enfants de plus de trois ans.
 
Sources
Une thèse canadienne sur l’arnica
Une étude clinique sur l’effet des extraits d’arnica sur les ecchymoses
Une thèse de médecine de 2011 sur les préparations homéopathiques d’Arnica montana