Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 23/04/2020
L'huile de ricin fait-elle vraiment augmenter la pousse et le volume des cheveux ?
Non. Aucune étude ne le montre, ni même ne le suggère.
 
L’huile de ricin est extraite des graines de ricin (Ricinus communis). Appliquée sur les cheveux, elle est censée hydrater le cuir chevelu, prévenir les pellicules et rendre les cheveux lisses et brillants, voire les faire pousser.
Il n’existe aucune étude clinique évaluant l’efficacité de l’huile de ricin sur la pousse des cheveux. La seule étude qui évoque cette utilisation capillaire est une étude indienne (le pays qui produit l’essentiel de l’huile de ricin) où une femme, après avoir appliqué de l’huile de ricin à ses cheveux, a développé un feutrage de l’ensemble de sa chevelure nécessitant une tonte complète… Des cas d’irritation de la peau ont été décrits après application d’huile de ricin.
Attention, l’huile de ricin, lorsqu’elle est ingérée, est un purgatif puissant, c’est-à-dire une huile qui déclenche les contractions de l’intestin (et de l’utérus) et provoque une diarrhée importante. Son usage comme laxatif est fortement déconseillé, voire proscrit.
 
Sources
L’étude indienne où l’huile a irréversiblement feutré la chevelure d’une femme, 2017
Une synthèse sur la toxicité de l’huile de ricin, 2007
Le 10/04/2020
Que penser des dentifrices au charbon végétal activé ?
Mieux vaut les utiliser de manière exceptionnelle, sous contrôle médical.
 
De nombreux marques de produits d’hygiène bucco-dentaire proposent désormais des dentifrices contenant du charbon végétal activé. Récemment, divers articles scientifiques ont mis en garde les consommateurs contre ces dentifrices qui pourraient nuire à l’intégrité et à la blancheur de l’émail des dents. L’état des connaissances à ce jour est complexe du fait de la grande variété de dentifrices sur le marché (et leurs compositions respectives).
Pourquoi du charbon végétal activé dans un dentifrice ? Le charbon végétal activé présente de très nombreux orifices microscopiques qui attirent et retiennent de nombreuses substances (toxines, gaz, métaux lourds, alcaloïdes, poisons, etc.) mais aussi des médicaments. Ce phénomène est appelé « adsorption ». Il est utilisé dans divers procédés de filtration de l’eau et de l’air.
Selon les fabricants, dans les dentifrices, le charbon végétal aurait la propriété de blanchir les dents (du fait de son pouvoir abrasif), de lutter contre la mauvaise haleine (en adsorbant les substances malodorantes) et de contribuer à la santé de la bouche en général.
Néanmoins, des cas ont été observés où, après un usage régulier de ce type de dentifrice, les personnes ont constaté une abrasion excessive de l’émail (donnant un aspect terne à leurs dents), voire l’apparition de taches sombres sur la surface de l’émail.
Le problème pour pouvoir tirer une conclusion définitive et négative sur ces dentifrices est qu’il en existe un grand nombre, dont la composition peut également inclure des substances très abrasives (voire être dépourvue de fluor ce qui nuit à la prévention des caries).
Sur les vertus blanchissantes, une étude a comparé le charbon, le peroxyde d’hydrogène, le bleu covarine, des microbilles et un mélange de plusieurs abrasifs (XW4D). Le charbon s’est révélé peu efficace comme blanchissant (donc probablement peu abrasif), loin derrière le bleu covarine, le peroxyde d’hydrogène ou les microbilles. De plus, en comparant l’abrasivité de divers dentifrices contenant du charbon, des dentistes ont trouvé de grandes différences d’abrasivité (mesurée par la RDA, Relative Dentin Abrasivity). Il semble donc que ce soit l’association de substances fortement abrasives et de charbon qui puisse être problématique. De plus, diverses études ont montré que les personnes qui cherchent à blanchir leurs dents se brossent plus souvent, plus longtemps et plus intensément, ce qui peut également contribuer aux dommages sur l’émail.
Une analyse croisée portant sur 118 études à propos de l’usage du charbon dans des produits d’hygiène bucco-dentaire a conclu à l’absence de preuves quand l’efficacité du charbon pour maintenir des dents blanches et en bonne santé.
En conclusion, avant d’utiliser un dentifrice au charbon, mieux vaut demander conseil à son chirurgien-dentiste. Dans tous les cas, il doit contenir du fluor aux concentrations recommandées et son usage doit rester exceptionnel, certains dentistes évoquant une fois par mois. Attention, il existe un risque que le charbon bloque l’adsorption du fluor sur l’émail, ce qui renforce l’idée d’une utilisation exceptionnelle de ce type de dentifrice.
 
Sources
L’analyse croisée de 118 études portant sur les dentifrices au charbon, 2017
La comparaison de l’effet blanchissant de divers ingrédients de dentifrices, 2019
Une synthèse des connaissances sur les dentifrices au charbon activé, 2019
Le 13/12/2019
Quels sont les risques de la lumière pulsée ou du laser pour l’épilation ?
Les risques existent surtout pour la lumière pulsée hors environnement médical.
 
Le laser et la lumière pulsée (également appelée « lampes Flash » ou « IPL ») reposent sur le même principe : envoyer une lumière intense pour chauffer la mélanine (le pigment brun de la peau et des poils) et détruire le follicule pileux qui en contient. La lumière du laser est plus « pure » (une seule longueur d’onde) et plus chargée en énergie (qui va se transformer en chaleur au contact de la mélanine). La lumière pulsée contient de nombreuses longueurs d’onde et produit moins d’énergie. Il existe deux types de lumière pulsée, les « intenses » professionnelles et les « grand public » moins intenses.
Parce que ces techniques échauffent la mélanine, elles sont déconseillées aux personnes à peau foncée et ne doivent être appliquées ni sur les grains de beauté, ni sur les cicatrices, ni sur les tatouages, ni sur les lésions de la peau. Les risques de ces techniques sont essentiellement des brûlures parfois profondes, des dépigmentations ou hyperpigmentations temporaires et, parfois, une stimulation paradoxale des poils qui poussent davantage.
Comme l’usage des lasers est réservé aux médecins dermatologues, ceux-ci prennent les précautions nécessaires pour adapter la puissance du laser au type de peau et à la finesse du poil, et ils sont capables de repérer les lésions, cicatrices ou grains de beauté qu’il ne faut pas soumettre à la lumière laser. C’est donc une pratique assez sûre.
Les choses sont différentes pour la lumière pulsée, en particulier avec les appareils vendus au grand public. En 2014, feue la Commission de la Sécurité des Consommateurs (désormais au sein de la DGCCRF) a publié un rapport alarmant sur ces appareils : risques de brûlures et d’hyperpigmentations, et risque pour les cellules de la rétine du fait de la fuite de lumière (l’usage de lunettes protectrices adaptées est impératif). En 2017, l’Anses (Agence nationale de la sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a également émis des recommandations appelant à la plus grande prudence.
Selon l’Anses, les effets indésirables les plus fréquemment rapportés étaient des réactions inflammatoires immédiates, des sensations de brûlures, des douleurs modérées et des troubles pigmentaires. Des effets indésirables plus importants ont été observés après des usages inadaptés des appareils : brûlures cutanées profondes et brûlures oculaires.
En conclusion, si l’épilation laser ou par lumière pulsée chez un dermatologue semble à faible risque, mieux être prudent avec l’épilation par lumière pulsée hors des cabinets de dermatologie (une pratique désormais autorisée). Et éviter d’acheter un appareil à lumière pulsée grand public, potentiellement dangereux et souvent inefficace par manque de puissance.
 
Sources
L’avis de la Commission de la Sécurité des Consommateurs, 2014
L’avis de l’Anses, 2017
Le 12/12/2019
Est-ce que le masque au charbon élimine vraiment l'acné ?
On n’en sait rien. Mais certains irritent la peau.
 
Depuis quelques temps, la folie « masque au charbon » a envahi le rayon « Cosmétiques »… Promus pour enlever les points noirs, ces masques ont succédé à la mode « masque à l’argile ».
Pourquoi du charbon ? Le charbon végétal activé présente de très nombreux orifices microscopiques qui attirent et retiennent de nombreuses substances (toxines, gaz, métaux lourds, alcaloïdes, poisons, etc.). Ce phénomène est appelé « adsorption ». Il est utilisé dans divers procédés de filtration de l’eau et de l’air. Dans les masques, il est censé nettoyer la peau et supprimer les points noirs, même s’il est difficile de savoir ce qu’il adsorbe dans cet usage précis.
Dans l’acné, les parois du canal qui relie chaque orifice des follicules pileux à la surface de la peau ont tendance à s’épaissir, bloquant partiellement la diffusion du sébum hors du follicule. Ce phénomène, associé à la production excessive de sébum, provoque une accumulation du sébum dans le follicule. C’est la « rétention séborrhéique », qui est à la base de la formation de points noirs et de l’acné.
Lorsqu’un follicule pileux est bouché, une inflammation peut apparaître, liée à la prolifération d’un micro-organisme appelé Propionobacterium acnes, naturellement présent dans les follicules. En présence de grandes quantités de sébum (dont il se nourrit), Propionobacterium acnes se multiplie de manière excessive et contribue à l’inflammation du follicule et de la peau environnante. Il se forme alors des papules ou des nodules. C’est l’acné.
Comme aucune étude n’a montré l’efficacité du masque au charbon pour enlever les points noirs ou réduire la quantité de sébum dans les follicules, il est impossible de se prononcer sur son effet pour prévenir, voire éliminer, l’acné.
Rappelons que le premier élément du traitement de l’acné est le respect de règles d’hygiène de la peau. Pour vous laver, choisissez un gel ou un pain dit « sans savon » qui dessèche moins la peau. Après la toilette, hydratez abondamment votre peau même si elle a tendance à être grasse. Une bonne hydratation protège la peau et régule la production de sébum.
Les produits de nettoyage de la peau agressifs ont plutôt tendance à aggraver l’acné.
Attention, certains masques au charbon contiennent des colles qui sont irritantes pour la peau, les rendent difficiles à enlever et provoquent des microtraumatismes qui, sans aucun doute, aggravent l’acné !
 
Sources
« Masques noirs pour le visage : attention danger ! », Magazine de la santé, 2017
« Traitement de l’acné », Assurance maladie, 2019
« Cosmétiques : attention aux masques noirs ! », Le Parisien, 2017
Le 12/11/2019
Le rouleau de jade, tendance beauté sur Instagram, a-t-il de réels bienfaits ?
Aucun effet n’a été démontré à ce jour.
Depuis quelques mois, les magazines féminins et les réseaux sociaux vantent des rouleaux taillés dans le jade (ressemblant à de petits rouleaux à peinture), supposés permettre de garder la peau du visage plus jeune et d’affermir son contour. Alors réalité ou opération marketing ?
Petit rappel sur le jade ou plutôt LES jades. En effet, deux pierres différentes portent ce nom : la néphrite ou jade tendre (silicate de calcium et de magnésium) et la jadéite ou jade dur (silicate de sodium et d’aluminium). Leur aspect est très similaire mais leurs propriétés physico-chimiques et leurs origines sont différentes (essentiellement Colombie britannique pour le premier et Myanmar pour le second). Les jades peuvent être vert, blanc, bleu lavande, jaune, rouge ou noir.
Depuis des millénaires, en Chine et dans le sud-est asiatique, le jade est une pierre qui jouit d’un statut particulier : réservé à l’aristocratie et aux classes sociales les plus favorisées, valeur économique refuge (comme l’or en Occident), symbole de la partie masculine du monde (le « yang »), pierre parée de vertus spirituelles (élément de la renaissance des corps après la mort selon le taoïsme). Dans ces pays, chacun se doit, pour montrer son succès et pour préserver son équilibre spirituel, de porter un pendentif en jade.
L’usage de rouleaux de jade dans les soins cosmétiques repose sur un massage du visage avec le rouleau, préalablement placé au réfrigérateur. Ainsi, il est possible de pratiquer un massage tout en provoquant une légère constriction des petits vaisseaux sanguins de la peau, ce qui est vanté comme ayant un effet réducteur sur les cernes et les poches sous les yeux.
Aucune étude scientifique n’a été faite sur ces rouleaux, ni sur l’application régulière de froid sur la peau (masque à placer au réfrigérateur, compresses froides, aspersions d’eau glacée). Les études scientifiques explorant les effets d’une application de froid intense (0°C) sur le visage pendant une minute ont montré, outre une réduction de la circulation sanguine au niveau de la peau, un ralentissement du cœur, une augmentation de la pression artérielle moyenne et une augmentation du flux sanguin dans le cerveau. Ces effets sont évidemment tout à fait temporaires.
En conclusion, aucune base scientifique à l’utilisation du rouleau de jade qui reste néanmoins un bel objet !
 
Sources
Sur les jades et leur histoire, un texte du musée Cernuschi
Une étude sur les effets de l’application de froid sur le visage, 2003