Je consulte
les questions et les décodages

Rechercher
Le 12/02/2020
L’association de lercandipine et pamplemousse frais peut-elle entraîner un ralentissement du transit intestinal ?
Le pamplemousse ne doit PAS être consommé lorsqu’on prend de la lercandipine !
 
La lercandipine, inhibiteur calcique prescrit contre l’hypertension artérielle, fait partie des médicaments dont le métabolisme est perturbé par une substance contenue dans le pamplemousse. Sa notice mentionne : « Ce médicament ne doit pas être pris avec du pamplemousse ou du jus de pamplemousse. ».
Pour plus d’informations, lisez notre réponse sur les précautions à prendre vis-à-vis du jus de pamplemousse quand on prend des médicaments.
 
Sources
La notice de la lercandipine destinée au patient
Le thésaurus des interactions médicamenteuses de l’ANSM, septembre 2019 (le jus de pamplemousse est aux pages 180-181)
« Interactions médicaments et jus de pamplemousse », une mise au point de l’ANSM publiée en 2008

 
Le 12/12/2019
Les médicaments bêtabloquants font-ils grossir ?
Non, cela ne fait pas partie de leurs effets indésirables.
 
Les médicaments bêtabloquants agissent en bloquant l'action de l'adrénaline (et d'autres hormones apparentées) sur de nombreux organes, notamment sur le cœur, les vaisseaux et plus faiblement sur les bronches. Ils entraînent une baisse de la tension artérielle, un ralentissement de la fréquence cardiaque et une diminution de la force de contraction du cœur.
Ils sont prescrits dans de nombreuses maladies cardiovasculaires, comme l'hypertension artérielle, certains troubles du rythme cardiaque, l’insuffisance cardiaque, mais aussi contre les manifestations cardiovasculaires des excès d'hormones thyroïdiennes ou pour prévenir les crises d’angine de poitrine.
Dans le cadre du traitement de l’hypertension artérielle, ils sont généralement prescrits aux patients hypertendus ayant déjà subi un infarctus du myocarde, souffrant d’angine de poitrine ou dont la fréquence cardiaque de repos est rapide.
Les effets indésirables des bêtabloquants le plus fréquemment rencontrés sont des troubles digestifs (nausées, vomissements), un sentiment de fatigue ou des étourdissements en début de traitement, une sensation de pieds et de mains froids, un ralentissement du rythme cardiaque, des troubles du sommeil et des troubles de l’érection.
Plus rarement, ils peuvent être à l’origine d’une baisse excessive de la tension artérielle, de troubles du rythme cardiaque, d’un phénomène de Raynaud (un arrêt temporaire de la circulation du sang dans les doigts), d’un bronchospasme (similaire à une crise d’asthme), d’une hypoglycémie, d’éruptions cutanées, voire de l’aggravation d'un psoriasis.
Aucun effet sur le poids n’a été rapporté.
 
Sources
« Bêtabloquants », Collège national de pharmacologie médicale
« Bêtabloquants », Fondation Cœur et AVC
Le 06/12/2019
Le jus de pamplemousse est-il mauvais en cas d’hypertension ?
Seulement chez les personnes qui prennent un traitement contre l’hypertension.
 
La question de l’influence du jus de pamplemousse sur l’hypertension artérielle est importante. La réponse à cette question varie selon si la personne prend un traitement contre l’hypertension ou pas.
Plusieurs études ont montré que le jus de pamplemousse semble avoir un effet modeste mais réel sur la pression artérielle (la « tension »), avec une tendance à faire baisser le chiffre le plus élevé (pression systolique) et le chiffre le plus bas (pression diastolique). Cet effet est observé à la fois chez les personnes qui ont une tension normale et chez celles qui ont une tension modérément élevée. On pourrait donc imaginer que le jus de pamplemousse puisse devenir une sorte de traitement complémentaire de l’hypertension.
Malheureusement, les choses se compliquent chez les personnes qui prennent déjà un médicament contre l’hypertension (ce qui le cas de quasiment toutes les personnes chez qui ce facteur de risque cardiovasculaire a été diagnostiqué). Dans le cas, le jus de pamplemousse peut interférer avec l’élimination du médicament par le corps et provoquer des effets indésirables de type hypotension (tension trop basse).
L’Agence française de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) met en garde les personnes qui prennent certains médicaments contre l’hypertension (vardénafil, lercanidipine, avanafil) contre la consommation de jus de pamplemousse.
De plus, des études menées sur le sujet indiquent également des risques potentiels d’interaction médicamenteuse avec d’autres médicaments de l’hypertension : nifédipine, félodipine, nicardipine, nisoldipine ou nitrendipine. Par contre, l’élimination et l’activité de l’amlodipine ne semble pas modifiée par la consommation de jus de pamplemousse.
Attention, une étude récente semble indiquer que le jus de clémentine pourrait présenter le même risque d’interactions médicamenteuses que le jus de pamplemousse.
Si vous souffrez d’hypertension artérielle, parlez-en avec votre médecin traitant.
 
Sources
Une étude sur les effets du jus de pamplemousse sur la pression artérielle chez l’homme, 2009
Une synthèse sur les interactions entre jus de pamplemousse et médicaments cardiovasculaires, 2004
Le thésaurus des interactions médicamenteuses de l’ANSM, septembre 2019 (le jus de pamplemousse est aux pages 180-181)
L’étude sur le jus de clémentine, 2017
Le 23/04/2019
Vaut-il mieux prendre son traitement pour l'hypertension le matin ou le soir ?
Cela dépend des particularités de chaque patient.
Que nous soyons hypertendus ou pas, notre pression artérielle (la « tension ») varie au cours de la journée et de la nuit. Elle est la plus élevée le matin au lever et dans les heures qui suivent, diminue en début d’après-midi, remonte en fin d’après-midi et redescend au coucher pour atteindre sa valeur la plus basse autour de 2 heures du matin. Cette valeur minimale nocturne est habituellement inférieure de 10 à 20 % à la moyenne des valeurs de la journée. Naturellement, ces heures de ces variations changent chez les personnes qui travaillent avec des horaires décalés.
Parce que la réduction ou l’absence du minimal nocturne augmente le risque d’accidents cardiovasculaires liés à l’hypertension, et parce que ceux-ci surviennent plutôt le matin, les scientifiques se sont posés la question de savoir si l’administration de médicaments antihypertenseurs ne serait pas plus efficace au coucher.
La réponse a cette question est complexe. Oui, l’efficacité du traitement antihypertenseur est meilleure lorsque l’administration a lieu le soir, mais plutôt chez les patients qui ont une valeur minimale nocturne inférieure de 10 % à la moyenne des valeurs de la journée, ou chez ceux qui ont un risque plus élevé d’accident cardiovasculaire (diabète, insuffisance rénale, apnée du sommeil, par exemple). Dans ces cas, l’administration de soir semble diminuer le risque cardiovasculaire de 60 % sur 5 ans.
Pour les autres patients, l’affaire est moins claire. En particulier, chez les patients qui ont une valeur minimale nocturne inférieure de 20 % à la moyenne des valeurs de la journée, la prise le soir pourrait être problématique.
Alors que faire ? Aujourd’hui, les médecins s’accordent à dire que, avant de décider soir ou matin, le patient doit être équipé d’un dispositif médical relevant sa pression artérielle jour et nuit pendant quelques jours (c’est la « mesure ambulatoire de la pression artérielle », MAPA). C’est seulement après étude de ses variations particulières, ainsi que de son risque cardiovasculaire global, que le médecin pourra recommander ou non une prise le soir.
Attention, les médicaments diurétiques ne sont pas concernés par cette question, ni les médicaments antihypertenseurs à longue durée d’action.
 
Sources
Un article suisse de 2012 qui fait le point sur la question
Une présentation sur le sujet par un médecin québécois spécialiste de l’hypertension
Deux articles scientifiques qui résument les résultats des études cliniques :
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5565822/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/29423914
 
 
Le 30/10/2018
Le jus de betterave fait-il baisser la tension ?
Oui, et de manière significative.
De nombreuses études ont montré que le jus de betterave peut faire diminuer la pression artérielle (la « tension ») chez les personnes qui souffrent d’hypertension artérielle.
Ces études montrent que son effet est essentiellement lié à sa forte concentration en nitrates : en effet, les effets du jus de betterave sur la tension peuvent être quasiment reproduits en administrant seulement la dose de nitrates présente dans le jus. Néanmoins, le jus de betterave semble exercer un effet légèrement supérieur à la dose de nitrates, indiquant ainsi que d’autres substances de la betterave aurait un effet additionnel.
 
Petit rappel sur la pression artérielle : en France, on l’exprime habituellement en centimètre de mercure (cmHg) et les valeurs maximales « normales » sont de 14 (cmHg)/9 (cmHg). Le premier chiffre correspond à la pression « systolique » (quand le cœur se contracte), le second à la pression « diastolique » (quand le cœur se relâche).
 
Une analyse croisée (« méta-analyse ») de 43 études cliniques comparant le jus de betterave à un placebo a montré que l’ajout de jus de betterave à l’alimentation de personnes hypertendues peut diminuer la pression systolique de 0,9 cmHg en moyenne, et diminuer la pression diastolique de 0,5 cmHg en moyenne. Cet effet est intéressant car on sait qu’une diminution de 0,5 cmHg de la pression systolique suffit pour diminuer significativement le risque d’AVC et d’accident cardiovasculaire.
L’effet du jus de betterave sur la tension est proportionnel à la quantité de jus bue chaque jour (les études utilisaient des doses allant de 0,07 à 0,5 litre par jour) et à la durée du traitement (avec un effet maximal après deux semaines de traitement). Cet effet semble être plus intense chez les personnes en surpoids.
Néanmoins, soyons clair. En cas d’hypertension artérielle, le jus de betterave ne peut pas remplacer un traitement médicamenteux adapté. Ces effets ne sont pas assez importants et l’hypertension insuffisamment traitée expose à des accidents cardiovasculaires graves (AVC, par exemple).
Si vous êtes hypertendu et que ce sujet vous intéresse, parlez-en à votre médecin traitant et envisagez ensemble l’éventualité d’ajouter le jus de betterave à vos habitudes alimentaires.
 
Sources
L’analyse croisée des 43 essais cliniques portant sur le jus de betterave dans l’hypertension artérielle
https://academic.oup.com/advances/article/8/6/830/4772205