La question partagée est :

Le 30/03/2020
Les anti-inflammatoires non stéroïdiens par voie cutanée sont-ils dangereux en période de COVID-19 ?
Non. Mais consultez votre médecin en cas de symptômes d’infection respiratoire.
 
Il n’est pas scientifiquement prouvé que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, ibuprofène, kétoprofène, diclofénac, etc.) aggravent la COVID-19. La mise en garde du Ministre des affaires sociales et de la santé sur l’usage des AINS dans le cadre de la COVID-19 faisait suite à la circulation d’un message en ce sens qui, supposément, émanait d’un médecin d’un service de réanimation toulousain. Le message était un faux démenti depuis par le CHU en question. Les sites officiels des autorités de santé n’ont pas repris les conseils du Ministre et l’Agence européenne du médicament s’est fendu d’un avis affirmant l’absence d’évidence sur un éventuel danger particulier des AINS en période de COVID-19 (mais réitérant les précautions d’usage).
Néanmoins, en France, les experts recommandent actuellement, en cas de symptômes évoquant une infection respiratoire virale (COVID-19 ou grippe saisonnière), de préférer le paracétamol aux AINS pour contrôler la fièvre et les courbatures. Cette attitude est fondée sur le fait que les AINS interfèrent avec certains mécanismes de l’immunité et sur leur toxicité potentielle sur les reins, ce qui peut s’avérer préjudiciable en cas de forme sévère de l’infection.
Par contre, les personnes qui prennent des AINS dans le cadre d’une maladie chronique (arthrose, rhumatismes articulaires chroniques, par exemple) ne doivent pas interrompre leur traitement et, en cas de symptômes d’infection respiratoire, de contacter leur médecin traitant pour connaître la démarche à suivre. Ce conseil est également valable pour les personnes qui utilisent des AINS par voie cutanée.
 
Sources
L’avis de l’Agence européenne du médicament sur l’usage des AINS pendant la pandémie de COVID-19, 18 mars 2020
« Anti-inflammatoires non stéroïdiens », EurekaSanté – Vidal, 2019
« Le CHU de Toulouse dément une rumeur évoquant « quatre cas graves de coronavirus » touchant des jeunes. », Les Décodeurs, Le Monde, 16 mars 2020
« Covid–19 : Pourquoi plusieurs pays européens contredisent-ils la mise en garde d'Olivier Véran contre l'ibuprofène ? », Check News, Libération, 17 mars 2020
Déja ?!

750 vérifications effectuées
par notre expert

Je consulte les décodages
Notre engagement

L'association AXA Prévention
accorde une importance capitale
à la vérification des informations santé.

Je découvre le service